Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, vendredi 7 juillet

Mt 9, 9-13

Jésus partit de là et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.

Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

 

 

 

Nous aimerions sans doute ressembler à cet homme qui se lève et suit Jésus : tout va très vite et prend un air de définitif.

En réalité nous savons bien que nous sommes en permanence dans l’atermoiement, la négociation avec nos propres choix, l’hésitation, les allers-retours.

Si bien que nous ne quitterons jamais cette position du malade qui attend qu’on vienne à son secours pour le guérir.

C’est ainsi que Jésus appelle l’humanité.

Et ceux qui s’opposent à lui, comme nous tous, ils ne sont pas spécialement meilleurs que leurs frères. Mais ils vivent dans le déni.