Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique de janvier 2007

Abbaye de Tamié

Chronique de l'Abbaye de Tamié
Janvier 2007

Lundi 1 : Pour marquer l’an nouveau, la liturgie nous présente Marie Mère de Dieu promesse de vie et de renouveau. Plus prosaïquement l’après-midi est agrémentée par un DVD Kirikou et les bêtes sauvages, contes de la savane africaine en dessin animé. « La sorcière est méchante peut-être parce qu’elle n’a jamais appris quelle joie on reçoit quand on rend quelqu’un heureux !  »

Mercredi 3 : A midi arrivait Guillaume Soury Lavergne, prêtre ordonné en juin dernier à Figeac (diocèse de Cahors), avec sa troupe de théâtre Duc in altum de passage en Savoie. Pour cette tournée missionnaire, la première au temps de Noël, l’équipe était réduite à huit acteurs, contre 15 à 25 en été. Ils nous ont représentés au Centre d’Accueil, après avoir dressé une tenture et installé quelques projecteurs : « La statue brisée » de Gilbert Cesbron, avec un talent quasi professionnel. Les moines présents et les 35 hôtes italiens et quelques français n’ont pas vu passer ces 2 heures pleines d’émotion et de franchise sur la vie de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus au Carmel.
Duc in altum avait demandé à Sainte Thérèse du soleil et de la neige, ils furent exaucés, si bien qu’ils furent empêchés d’arriver la veille à Tamié pour y dormir.

Lundi 8 : Un groupe de musulmans d’Albertville a adressé ses voeux à la communauté chrétienne locale à l’occasion de Noël. Père Abbé nous en lit le texte.

Jeudi 11 : Une équipe de télévision de TF1 vient interroger et prendre quelques images à la fromagerie pour illustrer le travail des moines, à l’occasion de l’exposition Religio à Paris, la « 11e édition de cette manifestation qui est un événement permettant aux chrétiens de trouver tous les outils et structures dont ils ont besoin ».

Dimanche 14 : La confiance, chemin de liberté et de joie, par dom Victor. « Pour vivre en frères et sœurs il faut parcourir un vrai chemin de libération intérieure et l’on avance sur ce chemin par la confiance. Mais ce chemin de conversion, du vieil homme qui tend à se fermer sur soi, à l’homme nouveau qui se donne aux autres, est long et pénible. Notre vie fraternelle est le lieu de notre véritable combat en même temps que la vérification de la qualité de notre prière. Si notre prière est une relation avec Dieu, si elle procède d’une vraie charité elle se traduira en accueil de l’autre et en cette écoute qui est obéissance à Dieu comme à l’autre. »

Mardi 16 : Notre évêque vient nous visiter, il préside l’eucharistie à 11 h 30 au cours de laquelle il reçoit Andrew, qui appartient à la communion anglicane, dans l’Église catholique et lui confère la confirmation, Fr. Jean-François est le parrain par procuration. Après le repas, notre évêque nous présente les orientations du diocèse.
* On assiste à un retour de Dieu, un nombre de plus en plus important de personnes témoigne d’une relation personnelle avec Dieu.
* La pastorale actuelle se préoccupe beaucoup de la catéchèse.
* Les vocations : 3 équipes sont en place dont fait partie Frère Alain, pour être disponible et à l’écoute de ceux qui se posent la question d’un engagement dans l’Église. La province de Lyon organise le 8 mai un grand pèlerinage à partir de nombreuses routes convergeant vers Ars. Une invitation est lancée à toutes les tranches d’âges pour porter dans la prière le souci des vocations, dire ensemble l’angoisse que nous avons et la remettre au Seigneur dans la confiance.
* Les sépultures se font de plus en plus avec des laïcs ou des diacres qui président ; il est clair que les moines n’ont pas à assurer un service paroissial.

Jeudi 18 : Projection du DVD « Décalogue 3 – Tu respecteras le jour du Seigneur. Abandonnée jadis par son amant qui, ayant choisi la fidélité est devenu mari et père exemplaire, l’héroïne, dans une crise d’affliction, se lance dans un jeu dangereux avec le destin. Elle se jure de se suicider à moins qu’elle puisse passer la nuit de Noël avec l’homme qui l’avait aimée. Finalement, grâce a la ruse et au mensonge, elle parvient à gagner le pari avec le destin et renonce au suicide. » Lors de la discussion il ressort que le cinéaste ne disant pas tout, procédant par élision, les spectateurs reconstituent les morceaux manquant et en confrontant nos propres restitutions nous nous apercevons de nos profondes divergences à partir des mêmes scènes.

Dimanche 21 : Comme l’an dernier, des membres d’autres Églises participent à notre office de Vêpres et font une prière d’intercession oecuménique.

Lundi 22 : Retraite de communauté jusqu'au lundi 29 prêchée par le Père Jean-Marie Gueullette, op, enseignant à la faculté de théologie de Lyon. Il part de courts extraits pas trop compliqués mais riches de sève spirituelle, de Maître Eckhart. « Si l'homme se relève complètement du péché et s'en détourne entièrement, alors le Dieu fidèle fait comme si l'homme n'était jamais tombé dans le péché, pas un seul instant il ne songe à lui faire expier tous ses péchés ; égaleraient-ils en nombre ceux de toute l'humanité, jamais Dieu ne lui en tiendrait rigueur, jamais il ne cesserait de se montrer avec cet homme aussi intime qu'il l'a jamais été avec une créature. Pourvu qu'à cette heure il le trouve dans de bonnes dispositions, il ne fait plus attention à ce que cet homme fut dans le passé. Dieu est le Dieu du présent. Tel il te trouve, tel il te reçoit, tel il te prend ; non pas tel que tu fus, mais tel que tu es en ce moment. » (Entretiens spirituels, XII)

Lundi 29 : Nouveau livre au réfectoire : Pierre de Charentenay, jésuite, Un Européen à New York, Bayard, 2005. « J’aime les Américains, New York, les New Yorkais, mais je déteste l’Amérique, cette superpuissance arrogante et missionnaire... »

Le mois de janvier a bien 31 jours, mais le chroniqueur n’a pas eu connaissance de faits significatifs pour publier un texte lisible du Brésil au Japon et même aux Émirats Arabes Unis et lui-même n'a pas accès au "Grand Livre de Vie".