Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Août 2011

Abbaye de Tamié
logo de tamié
Chronique de l'abbaye de Tamié
Août 2011

Nous avons vécu un mois de juillet le plus froid depuis 30 ans, comparable aux années 1993 et 2000, avec des températures inférieures de 1,3 °C aux normales, avec des précipitations abondantes.

Lundi 1 : Notre évêque a participé à Hautecombe à une session pour les divorcés remariés, organisée par la communauté du Chemin-Neuf. Des enseignements ont exposé la doctrine de l’Église et dans les échanges, des couples ont témoigné de leur cheminement, de la force de ce que propose l’Église, « garder l’exigence fait grandir et vouloir assouplir les normes ne mène à rien ». Dieu nous aime là où nous en sommes. Ne pouvant pas recevoir les sacrements certains ont découvert l’importance de la « communion de désir ». Notre prière peut aider les pasteurs à se rendre proches de ces personnes en cheminement.
Les jeunes de Savoie qui se rendront aux JMJ à Madrid se sont préparés tout au long de l’année scolaire sur le thème : « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (cf. Col 2,7).

Jeudi 4 : Une halte spirituelle est organisée ce jour par le diocèse d’Annecy, au Centre d’accueil de l’abbaye. Les conférences sont données par P. Dominique Joly sur le thème « Mon âme a soif de Toi » (Ps 62, 2). Des échanges sont organisés et des prêtres sont à la disposition des fidèles pour une rencontre personnelle, le sacrement de réconciliation.

Dimanche 7 : Mgr Henri Coudray évêque de Mongo au Tchad, en retraite à Tamié nous annonce le début prochain de la construction de la cathédrale. Il est important que l’Église inscrive sa présence dans le paysage, à côté des mosquées. Le grand imam de Mongo est tout à fait d’accord. Le financement est assuré pour 80 %. Pour le conseil pastoral diocésain, le défit est de réaliser l’unité entre les chrétiens autochtones - environ 1/3 - et ceux venant du sud du pays.

firminy-chapelle.jpgMercredi 10 : Les « Frères du noviciat » vont rendre visite à notre maison-fille : Notre-Dame des Neiges en passant par Firminy Mazan et le Puy-en-Velay. Ils reviendront le lendemain. L’église de Firminy-Vert a été dessinée par Le Corbusier mais terminée récemment.

Vendredi 12 : Fr. Laurent et Fr. Baptiste nous livrent leurs impressions sur l’abbaye des Neiges, le premier la connaissant de longue date et le second la découvrant : communauté et bâtiments, ou ce qu’il en reste.


Samedi 13 : Nicolas demande à vivre en communauté comme regardant jusqu’au début décembre.

glaces & cowsLundi 15 : Notre Dame fêtée en son Assomption - Au repas de midi nous dégustons comme dessert les préparations délicieuses de Glaces & cows de nos fermiers de Malapalud. Le repas du soir est l’occasion d’échange autour de pizzas.

Mardi 16 : Une troupe de scouts garçons et filles a campé dans le pré des Chaumes et a effectué divers travaux dans l’abbaye, entre autres de débarrassé le préau de tous les arbres et plants de fleurs le long des murs en vue de l’ouverture prochaine du chantier de recrépissage. Avant de s’en retourner dans la région parisienne ils organisent un feu de camp, FF. Patrice et Ginepro sont invités.

Jeudi 18 : Christian est rwandais, il prépare une thèse en littérature et sciences du langage sur le poète martiniquais Monchoachi. Il termine un séjour studieux d’un mois à l’hôtellerie. À14 ans il a vécu les « événements » de 1994 dans son pays. Comment  vivre sa foi après le génocide ? Dieu, où était-il ? Les habitants éprouvent beaucoup de difficultés à parler de ce qu’ils ont vécu, ils gardent un silence pudique ou embarrassé, la gêne, la suspicion bloquent les rapports. La situation est explosive car les problèmes ne sont pas gérés. Pourtant des mouvements de prières se sont organisés et de rares groupes parviennent à libérer la parole.
« La foi c’est le face à face dans la nuit. »

Samedi 20 : Fête de saint Bernard - Fr. Philippe a visité en Bretagne une librairie où les livres sont proposés à la vente, mais aussi à la « dégustation », à l’échange avec d’autres lecteurs, où il fait bon venir pour découvrir une oeuvre dont on ne pensait pas qu’elle pourrait être enrichissante pour soi. Ne serait-ce pas une possibilité à étudier pour notre magasin : la participation de moines à des échanges avec les « clients », plus pour partager ses découvertes que pour la vente en elle-même ?

Dimanche 21 : Mgr Henri Tessier est de passage et préside l’eucharistie. Il est très heureux de l’impact que le film Des hommes et des dieux a eu sur des publics très différents. Il tient toutefois à montrer que les Frères Christophe et Paul, d’après leurs écrits n’ont pas été saisis de doute autant que le film le montre, peut-être pour dramatiser le scénario.

Lundi 22 : Nous visionnons un DVD sur l’aménagement hydroélectrique de Roselend : la construction du barrage, le drainage d’une partie des eaux des vallées voisines, la chute d’eau de 1200 m jusqu’à l’usine de La Bâthie proche d’Albertville.

Stéphane fauche le plateau et le regain rentré dans deux jours fournira 22 balles rondes pour compléter les 88 de foin du mois de juillet : de quoi tenir l’année.

Jeudi 25 : Pour la fête de communauté nous sommes emmenés au barrage de Roselend. Le temps est chaud et ensoleillé, nous permettant de profiter au maximum du paysage. Dans la chapelle au bord du lac nous célébrons la messe présidée par Mgr Marcel Perrier originaire de la région avec le curé du secteur et Sylviane la responsable pastorale dans le Beaufortin. Nous profitons d’une visite du barrage détaillée par un ingénieur EDF. La maintenance de cet ouvrage est moins complexe que celle d’une centrale nucléaire. La quantité d’eau disponible étant limitée, les 6 turbines à La Bâthie sont actionnées sous une chute de 1200 m seulement pendant 10 % du temps sur l’année, tout spécialement en période de pointe. Le repas de midi est prévu dans le gîte d’alpage du Plan Mya à 1860 m d’altitude, nous y dégustons le farcement, plat traditionnel de la haute vallée de l’Arve et de toute la vallée de l’Arly. Recette : il est à base de pommes de terre râpées, de lard, de pruneaux et de raisons secs, le tout cuit longuement dans un moule spécial, métallique à cheminée. Le retour a lieu dans les temps pour chanter vêpres à l’abbaye. Les visages sont radieux par la réussite de la journée et les coups de soleil.

Vendredi 26 : Le temps se met à la pluie et les premières neiges atteignent le Grand-Arc vers 2000m, c’est le tournant de l’été particulièrement dans les alpages.

Samedi 27 : Les jeunes slovaques terminent leur retraite à l’abbaye d’Acey. En une journée ils rejoignent Bratislava. Josef fut un des trois premiers à venir à Tamié en 2004. Il est devenu Fr. Bernard-Jozef chez les dominicains où prononce aujourd’hui ses vœux solennels.

Dimanche 28 : Père abbé est invité à la Visitation d’Annecy pour la clôture de la semaine salésienne annuelle, sur le thème : Tisser la fraternité. À la messe solennelle Mgr Ballot présente : « La communion, fruit de la fraternité dans le monde » et le soir : « La communion, fruit de la fraternité dans l’Église ».

crocodiles dans la merAprès une description de l’intérieur de l’univers des prisons en France, un nouveau livre au réfectoire va nous faire découvrir une autre réalité tragique de notre époque : les périls affrontés par des clandestins fuyant leur pays. Dans la mer, il y a des crocodiles, l'histoire vraie d'Enaiatollah Akbari - par Fabio Geda, traduit de l’italien par Samuel Sfez, édité par Liana Levi en 2011.
10 ans, 11 ans, Enaiat ne connaît pas son âge, de l’ethnie hazâra, haïe en Afghanistan par les Pachtounes et les talibans, il risque la mort. Pour le protéger, sa mère l'abandonne, seul, de l'autre côté de la frontière, au Pakistan. Commence alors un périple de cinq ans pour rejoindre l'Italie en passant par l'Iran, la Turquie et la Grèce. La débrouille le dispute à la peur, l'entraide à la brutalité. Si lui a réussi, combien sont tombés en chemin ?

Lundi 29 : Dom Victor, ses 75 ans révolus ce jour, présente spontanément sa démission de la charge abbatiale au Chapitre général, conformément à nos constitutions.

Le tirage sur papier des photos prises à Archivio di Stato di Turin en mai 2011 se monte à environ 2000, en plus des 500 premières et de plusieurs centaines déjà répertoriées par notre éminent chercheur M. Philippe Broillet.

Fr. Antoine termine sa retraite à Tamié et fera profession solennelle samedi prochain à Maylis dans les Landes. Cette communauté bénédictine d’olivétains a été fondée en 1946 et compte actuellement 23 moines.

Des prêtres du diocèse d’Annecy viennent vivre leur retraite à l’hôtellerie. Ils sont accompagnés par Mgr Olivier de Berranger.

Mardi 30 : Fr. Jean-Pierre rejoint Boscodon pour un colloque interreligieux de deux jours.

Mercredi 31 : Nous avions participé à une enquête organisé par un laboratoire médical, les questions tournaient autour du fait que n’ayant que très peu de contact avec des enfants, donc peu enclins à contracter la varicelle, étions-nous sujets au zona ? En comparant avec d’autres personnes dans la situation opposée, il devenait possible de se rendre compte si la varicelle permettait d’éviter le zona. Il semble qu’il n’y a pas de différence entre les deux groupes.

Les travaux dans le préau étaient prévus après le 15 août. Le ramadan terminé le 30, les ouvriers pourraient venir le 5 septembre.

Véronique nous propose du Tamié pour la lunch-box.