Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Mai 2011

Abbaye de Tamié
 logo de tamié
Chronique de l'abbaye de Tamié
Mai 2011


etchegaray-3.jpg

Dimanche 1 : Le cardinal Etchegaray nous accompagnera de Pâques jusqu’après la Trinité avec son livre d’entretien avec Bernard Lecomte : J’ai senti battre le coeur du monde. Ce livre est un document exceptionnel. Il permet de relire avec passion toute l’histoire de l’Église moderne, qui est aussi celle des hommes de bonne volonté. "Pour ma part, conclue aujourd'hui le vieux cardinal, humble serviteur de la Parole : je crois que Dieu est tout neuf chaque matin !" Un témoignage tonique et passionnant qui remplit d'Espérance.

Dimanche 8 : Père Abbé part pour la réunion régionale, en faisant étape à Oelenberg pour se rendre d’abord à Donnersberg  en Rhénanie-Palatinat (Allemagne) puis près de Maria Frieden où la rencontre se tiendra.   .

Les Petites Soeurs de la communauté établie à Frontenex depuis 15 ans sont obligées de se retirer faute de relève plus jeune. Elles avaient trouvé du travail à domicile et ont pu créer des liens. Elles disent n’avoir pas eu l’impression d’avoir fait beaucoup : « On était là par une présence de prière et d’amitié ». Elles laissent beaucoup d’amis. Elles viennent nous saluer avant leur départ le 16.

Mardi 10 : De mardi à jeudi, le Père Olivier de Béranger nous communique sa passion pour J.-H. Newman. (http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Henry_Newman) « Ce grand théologien anglican, converti au catholicisme en 1845, a apporté des contributions reconnues dans les deux églises chrétiennes où il a successivement joué un rôle majeur comme théologien et comme mystique. »

Mercredi 11 : Fr. Marco prend l’avion pour Budapest, ainsi qu’une vingtaine de membres formateurs de noviciats, cisterciens, bénédictins, de France, de Suisse, invités par la communauté de Kismaros (http://www.cisztercimonostor.hu/indexc.php?id=home_fr) qui prit naissance dans la clandestinité sous le communisme, certains membres connurent la prison. Elle est actuellement composée de 17 moniales rattachées à l’Ordre de Cîteaux. En Hongrie se trouvent aussi les abbayes de Cikádor, Pilisszentkereszt, Regina Mundi, Szentgotthárd et Zirc. Le thème de la session du 12 au 19 faisait réfléchir sur le discernement vocationnel, avec la participation d’un moine de Chevetogne et d’un psychothérapeute de Paris.

Samedi 14 : À peine revenu d’Allemagne dom Victor se rend le lendemain à Boscodon pour la tenue du Conseil de tutelle avec le nouveau provincial des dominicains en France.

Mercredi 18 : Fr. Fernand reçoit le sacrement des malades avant d’être hospitalisé jeudi et opéré vendredi. S’il n’y a pas d’infection, il reviendra lundi.

Jeudi 19 : Hervé Chevrier nous présente l’histoire des Florimontains depuis leur création dans le Moulin de Tamié en 1925, ainsi que la figure de leur fondateur l’abbé Bernard Ferrand (1900-1944). Celui-ci vicaire de la cathédrale d’Auxerre était un éducateur hors pair auprès des enfants. Pour eux il fonda une colonie de vacances dans le vallon de Tamié pour former les jeunes par la pratique en groupe de la montagne. Durant la guerre il fut chef du secteur de l’Yonne du réseau Alliance. Arrêté en septembre 1943, il fut déporté au Strufhof et mourut pour la France en 1944. Son nom est gravé au Panthéon. Son oeuvre pédagogique se poursuit et l’équipe actuelle des Flos essaient de s’adapter dans la ligne tracée par l’abbé Ferrand.

Vendredi 20 : Fr. Jean achève ses 80 ans. Des membres de sa famille se joindront à lui dimanche pour fêter l’événement.

Samedi 21 : À l’occasion du 15ème anniversaire de la mort des 7 moines de Tibhirine, des membres des familles des Frères se retrouvent à Tamié pour une eucharistie suivie d’un repas avec la communauté au réfectoire ; un café au jardin permet des échanges plus variés. Jean-Marie Frin est invité en tant qu’acteur interprète de Fr. Paul. Jean-Marie Frin revient sur sa participation au film Des hommes et des dieux pour le rôle de Fr. Paul. Comme tout acteur il s’est renseigné sur le personnage qu’il devait incarner. Mais en se confrontant avec les écrits de Père Christian et de Fr. Christophe il fut profondément marqué par la spiritualité qui s’en dégage.

Dimanche 22 : François et Marilou Godel, nos fleuristes helvétiques embellissent une fois de plus les abords de l’abbaye pour le plaisir de tous jusqu’aux gelées d’automne.

Lundi 23 : Notre évêque a baptisé David à la prison d’Aiton. « Pour la circonstance il a tenu personnellement à venir en ce lieu avec les signes épiscopaux des grandes cérémonies : mitre, crosse, croix pectorale pour bien montrer que pour Dieu il n’y a pas de différence, que l’on soit dans une cathédrale ou en détention, nous avons tous la même dignité d’homme et de fils de Dieu. » Un compagnon de David a composé une méditation mise en musique par un autre. Ce fut un moment fort pour cette communauté de fidèles. « Cette célébration très émouvante qui se voulait discrète respirait vie, beauté et espérance. » D’autres détenus se préparent à la confirmation.

susa - calice du papesusa calice de tamiéAprès un mois passé en communauté Enzo Bifani retourne à Turin rejoindre Mirella son épouse. Fr. Jean-Bénilde profite de la voiture pour gagner cette ville en vue de photographier des documents concernant Tamié. Ils font halte à Susa dont le musée diocésain expose un calice du XVe s. portant l’inscription dans le pied : « Appartient à l’abbaye de Tamié » et un autre, donné par le pape Pie VII à dom Gabet, dernier abbé de Tamié (1789-1801) et premier de l’hospice du Mont-Cenis (1801-1813).

Mardi 24 : Nos quatre cuisiniers principaux s’en vont prendre l’air du pays voisin, mais on ne sait pas s’ils ont apprécié la cuisine du Val d’Aoste. Partis par le tunnel du Mont-Blanc ils reviennent par le col du Petit-Saint-Bernard, profitant du temps chaud et sec. Et pourtant la communauté ne fut pas prise au dépourvu pour le repas.

Fr. Nathanaël part pour Échourgnac où se tiendra la rencontre des fromagers monastiques qu’il anime avec compétence.

Fr. Jean-Bénilde, comme archiviste est introduit à Archivio di Stato di Torino par M. Philippe Broillet et tout de suite il peut se mettre à l’oeuvre pour photographier les documents mis en évidence par ce chercheur très efficace.

 

ast - bulle de 1454

Original de la bulle du pape Nicolas V de 1454, confirmant la nomination par le duc de Savoie de Georges Joserand de Cons comme abbé de Tamié. La pièce était partie de Tamié en 1711.

Vendredi 27 : Fr. Jean-Bénilde est conduit par Enzo Bifani sur la colline de la Maddalena de l’autre côté du Pô pour y découvrir le couvent des ermites de Camaldoli de Turin. Dom Gabet et sa communauté de Tamié s’y étaient réfugiés de 1793 à 1795, fuyant la persécution révolutionnaire.  Ils emportèrent avec eux l’ancien calice de Tamié. De l’ermitage il y reste une tour et un bâtiment à l’extérieur de l’enceinte ainsi que la porte d’entrée ne sont pas trop endommagés.

 

camaldoli


La tour dominant l'enclos

camaldoli porte d'entrée
Porte franchie par les moines de Tamié en 1793


Autre bâtiment

 

Samedi 28 : Fr. Jean-Bénilde rapporte de Archivio di Stato di Torino environ 2000 photos de documents intéressant l’histoire de l’abbaye de Tamié, depuis ses origines jusqu’à 1830. L'importance de ce fonds d’archives pour Tamié vient du fait que jusqu’en 1860 la Savoie faisait partie des États des ducs de Savoie qui déplacèrent leur capitale de Chambéry à Turin en 1563. L'administration utilisait le français et attachait beaucoup d'importance à tout ce qui concernait le culte catholique. De plus, l'abbé de Tamié comme vicaire général de l'Ordre de Cîteaux en Savoie, avait la responsabilité des monastères de moniales : Le Betton, Ste-Catherine-du-Mont, Bonlieu et de moines : Hautecombe et Aulps, d'où les échanges épistolaires fréquents spécialement lors du décès d’un abbé ou d’une abbesse et pour le successeur, ainsi que les efforts fournis par Tamié pour établir un semblant de réforme dans ces monastères qui en avaient bien besoin. De plus les ducs voulaient prouver qu’ils avaient le droit de nommer l’abbé, aussi firent-il effectuer des recherches aux archives de Tamié pour découvrir des preuves que leurs ancêtre furent les fondateurs de cette abbaye. Ceci nous valu des copies d’actes anciens aujourd’hui disparus. Les pièces d’archives mises à jour permettent de réinterpréter  les circonstances des fondations des abbayes cisterciennes de moines et de moniales, en Savoie et Piémont aux 12ème et 13ème s. et particulièrement celle de Tamié. La reconstitution du réseau des relations entre les différentes personnes concernées donne à l’ensemble un relief saisissant.

Lundi 30 : Nous accueillons Julien pour quelques jours en communauté. En deuxième année d’école de journalisme à Lyon, il effectue une « semaine en immersion dans un milieu » qui se prolongera par la rédaction d’un reportage comprenant un article, une interview et un portrait.

Mardi 31 : Fr. Didier fête ses 25 ans de sacerdoce.

« L’irrigation a remplacé les rogations ! » Cette constatation semble perdre de sa pertinence spécialement en ce printemps, le plus chaud depuis 1900 et le plus sec depuis 50 ans, d’où les restrictions pour l’agriculture dans la moitié du pays.
Nous organisons la procession des rogations pour rendre grâce à Dieu de ses dons et de vouloir associer l’homme à parachever la création et reconnaître humblement que nous ne sommes pas les maîtres de l’univers.

La pluie est enfin venue pour notre région, le paysage restait vert, même si la végétation souffrait de la sécheresse, mais moins qu’ailleurs, sans doute à cause de la fraîcheur due à l’altitude.


Plus par moins
Photos et commentaires de Frère Didier

 

Printemps très ensoleillé… Les sabots de Vénus ont pris un mois d’avance !

sabots de vénus 


Le 2 Mai, on ne dirait pas que Fr. Jean-Pierre a 70 ans, et pourtant…

frère jean-pierre

 

Études avec Mgr Olivier de Béranger qui nous initie à Newman.

mgr bélanger

 

Travail manuel au jardin….

fr. ginepro

 

et contemplation…           

iris           

 

Ultime finition d’aménagement à l’hôtellerie.

hôtellerie

 

Nos amis « florimontains » viennent nous conter
l’histoire de leur association inséparable de l’histoire de Tamié.

florimontains

 

Le 21 Mai, journée-mémoire pour le 15ème anniversaire du massacre des Frères de Tibhirine… 

15 ans de tibhirine

avec les familles des Frères Paul et Christophe

15 ans de tibhirine -au jardin


et Violaine Roux, filleule de Fr. Christian de Chergé.   violaine

 

frère jean  

Notre Frère Jean passe joyeusement les 80 ans…


 

Jean-Claude Guillebaud nous invite à nous situer au milieu des révolutions du monde d’aujourd’hui.

 

Au jardin, la danse des pavots…pavots

 

peut-être pour annoncer les 25 ans de sacerdoce de Fr. Didier.

fr. didier

 

 

marie

« Notre Dame de la Visitation,
toi qui portes en toi la Joie
et qui la portes au monde,
rends nous attentifs à cette Joie
que nous portons aussi en nous
pour la donner à tous ! »