Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Juin 2015

Abbaye de Tamié
logo tamié
Chronique de l'abbaye de Tamié
Juin 2015




Dimanche 7 : Pour la première fois Fr. Nathanaël a participé à la réunion de cellériers monastiques à Cîteaux, ils étaient 9 sur les 11 communautés habituelles. Les échanges ont porté sur la précarité des communautés, ce qui est de plus en plus sensible au niveau de l’encadrement, des emplois. Un intervenant laïc a développé la législation des conditions et des normes de sécurité au travail, ainsi que des aménagements pour l’accueil des personnes à mobilité réduite dans les lieux ouverts au public.

Lundi 8 : Comme nouvel économe Fr. Nathanaël nous présente les comptes de la communauté pour l’exercice 2014 géré alors par Fr. Philippe.

Vendredi 12 : Fête du Sacré Coeur - Cette fête sans support biblique très étendu s’est développée au XVII° s. D'après le témoignage de Marguerite Marie Alacoque, moniale de la Visitation à Paray-le-Monial, elle reçut plusieurs apparitions du Christ qui en juin1675 lui montre son Coeur en disant « Voici ce Coeur qui a tant aimé les hommes, […] jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart qu'ingratitude ». Elle se sentit investie par Jésus de la mission d'établir une dévotion particulière envers le Sacré-Coeur. Cette pratique a existé aussi dans le luthérianisme et l’anglicanisme. Elle est liée à un contexte historique précis et a un caractère personnel et ne peut pas être imposé à tous, ne faisant pas partie du dogme.

Mardi 16 : Philippe Ballot notre évêque profite de la fête de la dédicace de sa cathédrale à Chambéry pour célébrer une  messe d’action de grâce avec les prêtres jubilaires du diocèse, dom Ginepro et Fr. Antoine y sont invités.

Mercredi 17 : Daniel notre charpentier attitré se met à l’ouvrage pour réparer nos toitures, spécialement les gouttières endommagées par les fortes couches de neige.

Jeudi 18 : Le pape François publie l’encyclique Laudato sí (Loué sois-Tu) sur la protection de notre maison commune. À l’orée de la conférence sur le climat de Paris, ce texte sur la préservation de la terre et de la vie est largement reçu. C’est la première fois qu’un pape consacre une encyclique aux questions environnementales, reconnaissant par là que le sujet écologique est un enjeu majeur pour l’humanité. Selon un commentateur « elle frappe là où ça fait mal ». Le pape François invite chacun « à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète

Samedi 20 : L’assemblée générale de l’Association Saint-Pierre de Tarentaise réunit nos amis compétents dans différents domaines qui nous aident spécialement pour les questions matérielles, économiques, les relations extérieures.

Dimanche 21 : L’après-midi est organisé dans notre église un concert inspiré par les oeuvres d’Arcabas. De sacro lumine meditatio, pièce pour choeur mixte, basson, hautbois, flûte et soprano. L’argument de cette composition n’est ni un texte ni une forme musicale ni même une idée, mais l’oeuvre singulière que le peintre Arcabas a réalisé pour l’église Saint-Hugues de Chartreuse. Cette manifestation ouverte au public est bien à sa place dans notre église enrichie de plusieurs oeuvres de l’artiste.

       

 

Lundi 22 : Fr. Michel suit sa huitième session de l’Ifhim à l’abbaye cistercienne du Val-d’Igny avec d’autres moines ou moniales. Père Abbé ira la semaine prochaine en vivre une à l’abbaye bénédictine de Chantelle, plus particulièrement ouverte aux supérieurs et supérieures de communauté.

Jean Michel Dieuaide nous fait travailler deux soirs de suite pour nous apprendre le nouvel office des laudes du dimanche qu’il a composé avec la collaboration de Fr. Philippe. Les Frères de la schola sont mis à contribution l’après-midi.

Un groupe d’une vingtaine de prêtres de Savoie vit sa retraite à Tamié. Mgr Ballot y participe, leur prédicateur est le Père Rémi de Maindreville, jésuite du Centre Sèvres.

Mardi 23 : À l’abbaye bénédictine de Saint-Thierry les examens des étudiants du Stim se déroulent pendant 2 jours et demi sont la supervision de Fr. Bruno. Le vendredi après-midi il a le temps d’aller contempler la cathédrale de Reims et la basilique Saint-Rémi avant de revenir le samedi.

Mercredi 24 : Cyprien et Pierre, deux élèves de classe de seconde au lycée Saint-Jean Hulst de Versailles participent pendant 4 jours à notre vie de communauté.

Jeudi 25 : Le Père Rémi de Maindreville, prédicateur de la retraite est invité à parler à la communauté. Il attache beaucoup d’importance à ce ministère. Il est rédacteur en chef de Christus. Cette revue fait partie de l’ensemble des publications jésuites. Elle est équilibrée financièrement, mais reste fragile. Il faut beaucoup d’énergie pour la soutenir.

Vendredi 26 : Profitant du temps chaud et sec Stéphane notre ouvrier fauche les prés ce vendredi, fane le samedi et bottelle le dimanche : 170 bottes de 200 kg. Il en restait 70 de la saison précédente.

Un collège public d’Annecy nous propose de récupérer les stalles de l’ancienne chapelle qui étaient utilisées par les religieuses chargées en 1898 de l’ouverture de cet établissement. Nous les réceptionnons volontiers pour en meubler la chapelle de notre infirmerie.


     

 Samedi 27 : La chartreuse de Portes est la première maison de France à s'être ralliée à la Grande Chartreuse en 1115 par Bernard de Varey et Ponce, désireux de vivre la même vie solitaire que mènent depuis 1084 les fils de saint Bruno dans le désert de Chartreuse. Pendant la Révolution française, la communauté dut se disperser. Après bien des vicissitudes une nouvelle communauté s’y installée en 1971. Cette année 2015 est le 9ème centenaire de la fondation. Il est célébrée en grande pompe pour des chartreux et Fr. Maryjo Szymkowiak membre de leur communauté est ordonné prêtre. Fr. Patrice y est invité : il avait bien connu Maryjo, jeune polonais débarqué à Tamié pour découvrir la vie monastique, il laissera son vélo sur place pour trouver ailleurs sa voie : il travailla un temps à Annecy et entra à la chartreuse de Portes et y fit profession.

Dimanche 28 : Père abbé profite de la fin de la lecture du livre sur le Concile de Trente pour nous proposer quelques réflexions : cet événement permet de relativiser ceux qui s’y réfèrent de manière crispée. Les influences furent variées et pas toujours pures, de la part des papes, légats, cardinaux, évêques, théologiens, empereurs, rois, princes. Une vision idéaliste de l’Église a passé sous silence ces aspects pas très glorieux pour ne voir que les fruits apparus parfois longtemps après. Pourtant les résultats importants montrent que l’Église n’est pas seulement une institution humaine, mais aussi divine, l’Esprit Saint était à l’oeuvre.

Lundi 29 : Une journée de formation à la mise en oeuvre de notre futur site internet est organisée par Bayard Service Web qui avait déjà créé le site actuel en 2006. Y participent les Frères Nathanaël, Philippe, Didier, Jean-Bénilde.

Dom Hugues, abbé de l’abbaye de ND des Neiges nous fait part du décès à l’âge de 101 ans de dom Claudius Valour. Né en 1913 à Yssingeaux (France), il était entré à ND des Neiges en 1936, il fit profession en 1938 et ordonné prêtre en 1946. Il assura la charge d’abbé de 1959 à 1982. L’inhumation aura lieu le mercredi 1er juillet après-midi. Notre Père Victor est sur place comme maître des novices, de plus les Frères Pierre et Christian représenteront notre communauté.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ut    mi  fa  sol  la  si

 La fête de saint Jean Baptiste est l’occasion de relever un impact significatif des pièces en latin de sa liturgie. Deux des airs grégoriens de l’hymne de la fête a la particularité de commencer sur une note différente de la gamme et la première syllabe de chaque strophe a donné le nom des notes.

24 juin - Hymne de saint Jean Baptiste

 

Ancienne notation et toujours en usage dans certains pays :

 

Les clés en grégorien


La lettre C correspond au UT
et en grégorien la forme de la clé d’UT dérive de celle du C.


La lettre F correspond au FA
et en grégorien la forme de la clé de FA dérive de celle du F.