Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Novembre 2015

Abbaye de Tamié

logo


Chronique de l'abbaye de Tamié

Novembre 2015


Dimanche 1 : Fête de tous les saints, ceux qui sont passés par la mort et ont été accueillis par le Seigneur « Dieu de Tendresse et de miséricorde, plein d’amour et de fidélité ».

Lundi 2 : Commémoration des fidèles défunts. L’Église prie pour les personnes qui ne sont pas encore prêtes à rencontrer notre Dieu tout Amour. Dans le livre des Martyrs d’Israël (2 M 39, 28-46 il est dit qu’à la suite d’un combat : « les hommes de Judas vinrent enlever les corps de ceux qui avaient succombé dans la bataille, afin de les déposer avec leurs proches dans les tombeaux de leurs pères. Or, ils trouvèrent sous la tunique de chacun des morts des objets consacrés aux idoles de Jamnia, ce que la Loi interdit aux Juifs. Il fut évident pour tous que c’est pour cette raison qu’ils avaient succombé. Tous bénirent donc la conduite du Seigneur, le juge impartial qui rend manifestes les choses cachées. Puis, ils se répandirent en supplications pour demander que le péché commis soit entièrement effacé. Le noble Judas exhorta la troupe à se garder de tout péché, ayant sous les yeux le malheur de ceux qui avaient succombé pour avoir commis cette faute. Il organisa une collecte auprès de chacun et envoya deux mille pièces d’argent à Jérusalem afin d’offrir un sacrifice pour le péché. C’était un fort beau geste, plein de délicatesse, inspiré par la pensée de la résurrection. Car, s’il n’avait pas espéré que ceux qui avaient succombé ressusciteraient, la prière pour les morts était superflue et absurde. Mais il jugeait qu’une très belle récompense est réservée à ceux qui meurent avec piété : c’était là une pensée religieuse et sainte. Voilà pourquoi il fit ce sacrifice d’expiation, afin que les morts soient délivrés de leurs péchés. » La résurrection des morts est subordonnée à l’expiation du péché commis, expiation obtenue par les prières et les sacrifices. C’est ce que l’Église vit en ce jour pour les fidèles défunts dont le Seigneur seul connaît la foi. Elle prie pour les morts, offre le sacrifice du Christ dans l’eucharistie, organise des processions dans les cimetières.

Pour le poète indien Rabindranath Tagore : « La mort n’est pas l’extinction des feux, mais c’est une lampe qu’on éteint parce que le jour se lève ».

Fr. François de la fraternité de Tibériade va rejoindre sa petite communauté en Lituanie et il nous remercie de notre accueil ; il a découvert ici une autre forme de liturgie et espère revenir pour un autre temps de retraite.

Frère Martin prend quelques jours de repos auprès des soeurs de Chalais et Père Abbé se rend à Aiguebelle, pour la réunion du J9 des supérieurs monastiques du sud-est, thème : « les personnalités puissantes et difficiles dans nos communauté ».

Père Abbé et Frère Marco se rendent aux funéraillesdePère Daniel d’Acey, maître des novices.

Samedi 7 : Frère Marco est invité par l’évêque d’Annecy à donner une récollection sur deux jours aux diacres de ce diocèse à la Flattière, en face du Mont-Blanc.

Dimanche 8 : Lettre de Frère Philippe, il habite un appartement  à Quimper et il rend des services dans plusieurs paroisses du diocèse.

Lundi 9 : Dom Ginepro a demandé à notre ouvrier Stéphane de couper des arbres à la Cassine et lui-même avec les novices se chargeront de les tronçonner.

Andreu Rodriguez Morales, prêtre espagnol, 60 ans, arrive pour un séjour découverte puis de rendra à Ars, participer à une retraite à Ars puis reprendre son ministère paroissial en Catalane.

Mercredi 11 : En ce jour férié pour les ouvriers, les moines assurent la fabrication ordinaire et une partie du travail en cave.

Jeudi 12 : Fin du livre lu au réfectoire sur Richelieu, malgré sa longueur, l’auteur ne nous a pas parlé du cardinal comme abbé de Cîteaux dont il prit possession du siège le 15 janvier 1636 jusqu’à sa mort le 4 décembre 1642 dans le but d’essayer d’en réformer l’Ordre.

Père Abbé, Fr. Nathanaël, Fr. Bruno avec Marc Baudinier prolongent la réflexion à partir de ce qui a été échangé en communauté concernant notre magasin.

Vendredi 13 : Pour l’entrée en communauté de Benoît la cérémonie est simple mais elle est le début d’un long cheminement. « Ce que tu commences, que le Seigneur te donne à poursuivre. »

Le soir nous apprenons les attentats perpétrés à Paris. Nous prions pour les victimes, leurs familles et les personnes traumatisées par l’événement.

Samedi 14 : Frère Gaël, Frère Charles et Frère Pierre se rendent à Myans pour une célébration en fin de l’année consacrée à la Vie religieuse. Frère Charles, notre novice y donne son témoignage.

Fr. Bruno donne une conférence à la Catho de Lyon sur la dynamique de la conversion dans la Bible.

Lundi 16 : Fr. Nathanaël livre les commandes à Annecy, se rend à Paris pour Monastic, suit une formation pour le magasin, participe à une journée d’information pour Le Cèdre à Beaucroissant pour revenir le 19. Le travail de cellérier n’est pas de tout repos. Fr. Bruno suit également cette formation pour le magasin

Mardi 17 : Fr. Patrice participe à Paris à une séance d’information organisée par la Mutuelle Saint-Martin d’où 3 jours d’absence.

Les Frères qui ont participé à la journée CDVR (Comité diocésain pour la vie religieuse) à Myans, pour marquer de belle manière l’année de la vie consacrée nous transmettent quelques flashes : environ 150 participants.

Jeudi 19 : Fr. Didier et Fr. Michel ont élaborés le nouvel ordo de communauté et l’ont imprimé.

Samedi 21 : Le groupe finances de l’ASPT (Association St-Pierre de Tarentaise) planche sur l’économie de la communauté : les revenus en regard des besoins : spécialement la mise aux normes de nos locaux ouverts au public afin de permettre aux personnes à mobilité réduite d’y accéder, ainsi que différentes propositions présentées par les Frères concernant l’entretien des bâtiments. Il faudra définir des priorités.

Lundi 23 : Chapitre de notre évêque sur la journée de la vie consacrée à Myans

Mardi 24 : Frère Laurent ira fêter le centenaire de sa grand-mère.

Mercredi 25 : Le pape François pendant son voyage en Centre Afrique a ouvert la porte du Jubilée de la Miséricorde à la cathédrale de Bangui. Pour lui corruption, pauvreté, violence sont liées. Il se rend dans une mosquée d’un quartier d’où les musulmans ne peuvent pas sortir sans grand danger d’être agressés. Le pape exhorte à la réconciliation, à la paix. Les forces de sécurités : ONU, françaises avaient déconseillé au pape cette escale dangereuse. Sa venue, ses paroles ont peut-être plus d’impact que toutes les forces armées. « Le Vatican, combien de divisions ? » aurait ironisé Staline.

Mad-Delbrêl.jpegJeudi 26 : Après avoir présenté la chronique du voyage de notre abbé général auprès des monastères en Irlande et à Midelt au Maroc, ainsi que plusieurs articles d’actualité, le lecteur au réfectoire ouvre une nouvelle biographie : Madeleine Delbrêl, poète, assistante sociale et mystique, par Gille François et Bernard Pineaud, 318 pages, Nouvelle cité, 2014 sortie pour le cinquantenaire de sa disparition (13 octobre 1964) qui se veut une synthèse de ce que tous ceux qui s'intéressent à Madeleine Delbrêl ont envie de savoir sur elle, sa foi et son approche de la religion catholique, à une époque où l'Église de France affrontait des "défis structurels" particulièrement ardus (reconquête de certaines couches sociales avec l'initiative de la "Mission de France", mouvement des prêtres-ouvriers notamment).

RCF.jpegVendredi 27 : RCF (Radio Chrétienne France, studio de Savoie) enregistre les commentaires des évangiles de la semaine suivante.


L’absence de deux de nos ouvriers nous oblige à embaucher un intérimaire, Max jusqu’à Noël.

Samedi 28 : Se tient à Chambéry le Salon Saveurs & Terroirs pour la 16ème édition du 27 au 29. La Fromagerie de Tamié y tient un stand, occasion de rencontrer des clients régionaux traditionnels ou de nouveaux éventuels. Fr. Nathanaël et Vincent font déguster et proposent à la vente. Une demi-tonne sera écoulée.

À l’approche de l’Avent Frère Antoine ira à Myans pour animer une récollection aux prêtres du diocèse. Père Abbé donne des nouvelles de Frère Maurice qui décide de rester à Boscodon.

Dimanche 29 : Père Abbé nous lit une lettre de Soeur Marta de la communauté d’Azeir en Syrie.

Lundi 30 : Fr. Raffaele est invité par les moniales Bernardines de Collombey dans le Valais (Suisse) à leur donner une série de conférences sur son sujet préféré : saint Bernard.

Frère Michel prend trois jours de repos à Chalais.