Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Les reliques de SPT

Aux archives de Tamié

 

logo spt

Les reliques
de saint Pierre de Tarentaise



Saint Pierre de Tarentaise fut le fondateur et le premier abbé de Tamié en 1133 devenu archevêque de Tarentaise de 1144 à 1174. Il mourut à l'abbaye de Bellevaux entre Besançon et Vesoul, le 14 septembre 1174 et fut inhumé dans l'église du monastère. Canonisé en 1194, il fut l'objet d'un culte officiel et ses reliques devinrent l'objet d'un culte et furent conservées. Des documents au long des siècles en font état.


Il y eut une rupture avec la Révolution. Ce qui restait alors du corps de saint Pierre, le bassin et les jambes fut envoyé sans précaution à Vesoul et put être récupéré en 1802, à l'époque du concordat. L'église Saint-Georges de cette ville en fut la dépositaire. Comme le culte de saint Pierre était toujours vivant, différents groupes de fidèles demandèrent et obtinrent des parcelles plus ou moins importantes de ces reliques, principalement :
- En 1812, l'église de Cirey-lès-Bellevaux, proche de l'ancienne abbaye où était mort saint Pierre ;
- En 1819, les moines installés dans les locaux de cette abbaye de Bellevaux ;
- En 1869, le chef ou crâne fut retrouvé près d'Acey  et remis à la communauté nouvellement arrivée Tamié ;
- Des parcelles furent détachées pour être remises à différentes abbayes ou personnes notables.

Les moines durent partir de Bellevaux à l'occasion de la Révolution de Juillet 1830, se rendirent en Suisse, revinrent en Franche-Compté, au Val-Sainte-Marie puis à l'ancienne abbaye de La Grâce-Dieu, ils rachetèrent les bâtiments de Tamié et y envoyèrent un groupe en octobre 1861. Enfin les moines de ces deux communautés se regroupèrent définitivement à Tamié en 1909. Ces deux groupes apportèrent avec eux à Tamié la jambe gauche et le chef.

Dom Alexis Presse entre 1923 et 1936, supérieur puis abbé de Tamié accorda beaucoup d'importance à l'étude de l'histoire de l'Ordre de Cîteaux et un des moines, P. Anselme Dimier fit des recherches archivistiques pour rédiger une biographie de saint Pierre de Tarentaise qui paru en 1935. C'est ainsi que fut constitué un dossier aux archives de Tamié, avec des copies de pièces relatives aux reliques, étagées de 1178 à 1916.
Ce dossier fut publié par La documentation cistercienne, sous le titre : "Bibliographie générale de l'Ordre cistercien, Recueil de documents pour servir à l'histoire des reliques de s. Pierre de Tarentaise" (seconde partie, p. 64-129) ; Rochefort ; 1978. La première contient les copies de documents relatifs à saint Pierre de Tarentaise.

Les moines de Tamié sollicitèrent du curé de Vesoul la session à Tamié des reliques déposées dans l'église Saint-Georges. En 1931 et en 1967 les démarches n'aboutirent pas.
En 2008, alors que l'église Saint-Georges de Vesoul était en restauration, le curé d'alors, P. Boiteux pris l'initiative de proposer aux moines de Tamié de devenir dépositaires des reliques de saint Pierre de Tarentaise. Avec l'accord de la commune de Vesoul propriétaire de l'église et de son mobilier, les reliques furent prises en charge par dom Victor Père Abbé de Tamié le 29 juillet et y arrivèrent le 30 juillet 2008.

 

Un certain nombre d'objets provenant de l'ancienne abbaye de Bellevaux et ayant quelque relation avec saint Pierre de Tarentaise ont été identifiés :

À Tamié :
- Une mitre ;
- Un ciboire ;
- Un peigne liturgique en ivoire ;
- Un morceau de couverture ;
- Une chaussure liturgique donné à Cîteaux.

À Cirey-lès-Bellevaux :
- Le tombeau en pierre de saint Pierre ;
- La clé donnée à saint Pierre par le pape Alexandre ;
- Une paire de gants ;
- Des pièces de ses ornements pontificaux.

Venant de Vesoul avec les reliques :
- Une chaussure liturgique

En d'autres endroits :
- Le sommet du bâton pastoral en ivoire, à Moûtiers ;
- l'anneau pastoral à l'archevêché de Besançon, signalé en 1881.

Ces objets n'ont sans doute pas tous été utilisés par saint Pierre, mais il semble qu'ils aient été en lien avec son culte, ses reliques, par exemple le ciboire date du XIVème siècle.