Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Histoire de Tamié par Eugène Burnier

Chambéry - 1865

 

Histoire de l'Abbaye de Tamié

Par Eugène Burnier - Chambéry - 1865

 

 

Les cisterciens de La Grâce-Dieu envoyèrent une colonie prendre possession de l'antique abbaye de Tamié. Parmi les moines qui arrivèrent en octobre 1861 se trouvait P. Jérôme Verniolle qui avait à son actif une Histoire des Trappistes du Val-Sainte-Marie, 4 éditions entre 1838 et 1843, il avait soutenu l'abbé Richard pour qu'il écrive l'Histoire de l'abbaye de La Grâce-Dieu, 1857 et à Tamié il s'était préoccupé de recueillir des documents non encore détruits et les souvenirs des derniers témoins de la période révolutionnaire. Sur ces entrefaites Eugène Burnier avocat de St-Michel de Maurienne publiait en 1864 une Histoire du Sénat de Savoie et avait mis à jour un dossier concernant l'abbaye de Tamié. P. Jérôme a remis le fruit de ses recherches à E. Burnier qui rédigea alors la première Histoire de l'abbaye de Tamié, éditée à Chambéry en 1865.


Histoire de l'Abbaye de Tamié - 1 (Introduction - P. 1-98)
Histoire de l'Abbaye de Tamié - 2 (P. 99-168)
Histoire de l'Abbaye de Tamié - 3 (P. 169-236)
Histoire de l'Abbaye de Tamié - Documents
Histoire de l'Abbaye de Tamié - Table des matières

Les documents n° 1 à 23, datés de 1132 à 1516 sont en latin et ont été traduits par P. André Fracheboud de Tamié et Fr. Freddy de Scourmont. Ils constituent la partie la plus intéressante du dossier déposé au Sénat de Savoie (Archives départementale ancienne cote : ADS B 1692 - Cote actuelle : ADS 4B 335).
Il est important d'en connaître l'origine pour déterminer la portée de leur contenu.
Le système de la commende avait introduit le droit pour les autorités civiles de nommer aux postes de responsabilités ecclésiastiques : évêchés, abbayes, des personnes de leur choix, sans que ces dernières aient nécessairement les capacités requises, par contre elles bénéficiaient des revenus financiers de l'institution.
Les ducs de Savoie s'étaient arrogé le droit de nommer un nouvel abbé à Tamié à la mort du prédécesseur. À partir de 1701, les moines élevèrent respectueusement des protestations contre cette façon de procéder, arguant qu'il n'y avait aucune justification donnant aux ducs de Savoie le droit de patronage sur l'Abbaye. En 1727 le duc Victor-Amédée avait demandé au président du Sénat Raiberti de se rendre à Tamié, de consulter les archives de l'Abbaye pour y découvrir les preuves éventuelles du droit des ducs de nommer les abbés de Tamié. Raiberti copia les actes qui répondaient de près ou de loin à d'éventuels dons de terrains, de fonds ou d'attribution de privilèges fiscaux ou économiques, particulièrement au moment de la fondation de l'Abbaye, émanent des comtes puis des ducs de Savoie. Le dossier ainsi constitué a une orientation bien précise et est loin de couvrir l'ensemble des documents des archives de Tamié en 1727.