Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie TO 32

Par Frère Patrice

32ème dimanche du temps ordinaire - B

 

Première lecture (1 R 17, 10-16)

En ces jours-là, le prophète Élie partit pour Sarepta, et il parvint à l’entrée de la ville. Une veuve ramassait du bois ; il l’appela et lui dit : « Veux-tu me puiser, avec ta cruche, un peu d’eau pour que je boive ? » Elle alla en puiser. Il lui dit encore : « Apporte-moi aussi un morceau de pain. » Elle répondit : « Je le jure par la vie du Seigneur ton Dieu : je n’ai pas de pain. J’ai seulement, dans une jarre, une poignée de farine, et un peu d’huile dans un vase. Je ramasse deux morceaux de bois, je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste. Nous le mangerons, et puis nous mourrons. » Élie lui dit alors : « N’aie pas peur, va, fais ce que tu as dit. Mais d’abord cuis-moi une petite galette et apporte-la moi ; ensuite tu en feras pour toi et ton fils. Car ainsi parle le Seigneur, Dieu d’Israël : Jarre de farine point ne s’épuisera, vase d’huile point ne se videra, jusqu’au jour où le Seigneur donnera la pluie pour arroser la terre. » La femme alla faire ce qu’Élie lui avait demandé, et pendant longtemps, le prophète, elle-même et son fils eurent à manger. Et la jarre de farine ne s’épuisa pas, et le vase d’huile ne se vida pas, ainsi que le Seigneur l’avait annoncé par l’intermédiaire d’Élie. – Parole du Seigneur. 

 

Évangile (Mc 12, 38-44)

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait aux foules : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »

Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

 

Homélie

Cette parabole est la dernière de l’évangile de saint Marc, avant les chapitres qui nous avancent vers la passion et la mort de Jésus.

Et en soi, elle ne fait que résumer, tout en étant une parabole, toute une prise de position de Jésus face aux petits et aux grands de ce monde. Mais déjà aussi la prise de position de l’Ancien Testament avec cette parabole merveilleuse de la veuve de Sarepta qui reste pour moi un  des plus beaux textes de la Bible !

Vous le savez aussi bien que moi : Jésus a toujours eu un faible pour le petits ; ce qui ne l’a pas empêché de fréquenter les grands et de s’inviter à prendre un repas chez eux. Mais quand même ! Et la parabole que nous venons de lire pourrait peut-être nous dire pourquoi il les aime de préférence !

Ici Jésus met en relief deux attitudes qui nous renvoient à deux mondes totalement différents, qu’il ne critique pas, mais sur lesquels il veut nous ouvrir les yeux.

D’un côté le monde des apparences, où l’homme se soucie avant tout de ce que les autres voient de lui et de ce qu’ils vont penser de lui. Un peu comme ceux qui aiment se faire voir dans les synagogues  occuper les premières places, ou de mettre de l’argent dans le tronc de façon ostensible .A l’opposé de ce monde des apparences, il y a le monde du secret  où la décision profonde et l’action de l’homme restent le plus souvent inconnus de tous. Dieu se moque des apparences. Ce qui compte pour Dieu ce n’est pas tant ce que nous avons, mais ce que nous sommes. Ce n’est pas tant la valeur aux yeux des hommes  de ce que nous apportons, mais c’est de nous présenter devant lui sans peur et sans crainte. Notre Dieu est rejoint par ceux qui mettent tout entre ses mains, comme la veuve qui donne tout ce qu’elle avait pour vivre, avec un cœur rempli d’abandon et d’ouverture.

Ceux qui remettent TOUT entre ses mains !

Cela me rappelle ce très beau petit conte de Tagore, grand poète indien. C’est l’histoire d’un pauvre mendiant qui croise le cortège rutilant du roi. En le voyant, il se dit que c’est le jour de sa chance. Alors il tend la main vers la char en or, et à sa grande surprise, le roi lui demande « qu’as-tu à me donner ? ». Le mendiant, déçu, cherche au fond de son sac quelques grains de riz et il en donne un au roi. A la fin de sa journée, le mendiant fait ses comptes et dans ses pauvres grains de riz, il en trouve un en or. Il se dit alors « que n’ai-je donné mon tout » !

La veuve de notre évangile aurait pu retenir l’une des pièces et comme St Martin (dont c’est la fête en ce jour) partager son avoir en deux. Personne ne lui en aurait fait grief, et bien au contraire y trouver déjà un exemple de grande générosité. Mais ici, ce n’est pas la générosité dont il est question.

Ce qui est extraordinaire dans cette parabole et qui peut paraître même absurde, voisine aussi avec d’autres événements qui défient  les lois mathématiques : la multiplication des pains où quelques grammes de pain nourrissent une foule, quelques pièces pesant plus lourd que des monceaux d’or. L’incohérence évangélique est inépuisable et on  pourrait encore  la décliner autour des images du levain dans la pâte, du grain de moutarde : tous défis à nos logiques rassurantes !

Alors quel est l’objet du commentaire de Jésus ?

Ce n’est pas un enseignement sur la bonne manière de donner. Mais un enseignement sur ce qui fonde la foi. La foi de celle qui donne sa petite pièce est bien plus de l’ordre de l’aban-don. Et l’abandon relève d’un modèle radicalement différent celui du don.

Le monde du don : la croyance que sa vie dépendrait de ses propres efforts.

Le monde de l’abandon ; la remise confiante et entière de son existence à Dieu.

Ce n’est pas pour rien que le peuple  juif commence tous les jours sa journée en disant ce verset du Deutéronome « Tu aimeras le Seigneur ton dieu de tout ton coeur, de toute ton âme,  toute ta force et tout ton esprit ».