Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 3 décembre

Is 2, 1-5

Parole d’Isaïe, fils d’Amots, – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem.

Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines.

Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la Maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. »

Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur. Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

 

 

 

 

 

Il faut vraiment la foi pour affirmer cela quand on est membre d’un tout petit peuple coincé entre deux grandes puissances et déjà menacé de disparition.

Mais, par-dessus le marché, l’image pointe vers un universalisme impressionnant.

Converger vers le même but, ne plus faire la guerre. Le simple bon sens nous apprendrait facilement que nous avons là un programme normal, indiscutablement bon, raisonnable.

L’expérience, en revanche, nous montre bien que nous en sommes incapables.

Mais celui qui vient veut nous montrer le contraire : notre capacité à lui répondre.