Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mardi 13 novembre

Tt 2, 1-8.11-14

Quant à toi, dis ce qui est conforme à l’enseignement de la saine doctrine. Que les hommes âgés soient sobres, dignes de respect, pondérés, et solides dans la foi, la charité et la persévérance.

De même, que les femmes âgées mènent une vie sainte, ne soient pas médisantes ni esclaves de la boisson, et qu’elles soient de bon conseil, pour apprendre aux jeunes femmes à aimer leur mari et leurs enfants, à être raisonnables et pures, bonnes maîtresses de maison, aimables, soumises à leur mari, afin que la parole de Dieu ne soit pas exposée au blasphème.

Les jeunes aussi, exhorte-les à être raisonnables en toutes choses.

Toi-même, sois un modèle par ta façon de bien agir, par un enseignement sans défaut et digne de respect, par la solidité inattaquable de ta parole, pour la plus grande confusion de l’adversaire, qui ne trouvera aucune critique à faire sur nous.

Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.

Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ.

Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien. Voilà comment tu dois parler, exhorter et réfuter, en toute autorité. Que personne n’ait lieu de te mépriser.

 

 

« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. » Cette phrase brève a une densité théologique considérable qui permettra de récuser toutes les prétendues double déterminations : Dieu destinerait les uns au salut et les autres à la perdition.

Mais face à une telle intensité de pensée, on est surpris de voir que la participation humaine à l’affaire a l’air bien banale au premier abord. Il ne s’agit, en somme que de mener une vie ordinaire, mais de vivre bien.

C’est, précisément, que la grâce est à l’œuvre surtout pour entretenir en nous l’attente de cette manifestation glorieuse du Christ. C’est en vivant tout simplement que nous nous disposons à l’accueillir.