Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, mercredi 20 janvier

Un homme.

Mc 3, 1-6

Jésus entra de nouveau dans la synagogue ; il y avait là un homme dont la main était atrophiée. On observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat. C’était afin de pouvoir l’accuser. Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu. » Et s’adressant aux autres : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de tuer ? » Mais eux se taisaient.

Alors, promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint normale. Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr.

Il ne faudrait rien faire le jour du sabbat.

Cela empêcherait-il de parler, puisque les contradicteurs de Jésus gardent le silence ?

Non, à l’évidence puisque pharisiens et partisans d’Hérode tiennent salon sur le dos de Jésus. Cette caricature de l’assemblée du Sabbat dit bien la profondeur de dégradation dans laquelle sont parvenus les ennemis de Jésus. Ils ne parlent pas vraiment et leurs conciliabules sont l'opposé de ce qu'est une vraie parole d'homme.

Mais lui n’est pas arrêté par ces manœuvres dérisoires. Car il a une vraie parole, celle qu'il reçoit du Père et qui travaille les corps pour leur rendre la vie.