Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, samedi 30 janvier

Mc 4, 35-41

Ce jour-là, le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

Les disciples sont morts d’inquiétude. Ils pensent que l’état normal des choses, c’est le calme et ne comprennent pas ce qui se passe.

Mais pas Jésus.

Et c’est justement pour cette raison que rien ne semble le surprendre.

Il sait déjà qu’il est pris dans un affrontement implacable qui secoue même le cosmos.

Paradoxalement c’est la raison même de la paix profonde qui l’habite. Il est fils comme ces  enfants qui dorment sur les genoux de leur père alors qu'autour d'eux tout le monde s'agite.