Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Juillet 2015

Abbaye de Tamié
logo tamiéinsecte éphémère
Chronique de l'abbaye de Tamié
Juillet 2015



Jeudi 2 : Par ce jour de désert et de grand beau, plusieurs Frères en profitent pour des courses en montagne qui est magnifique en cet été. Le ciel dégagé, la vue s’étend sur des km à la ronde : le lac d’Annecy, le Mont-Blanc, Le Beaufortin, la Chartreuse, les Bauges et même un peu en dessous, le vallon de Tamié.

Samedi 4 : Père abbé nous parle de sa troisième session IFHIM. Une grande confiance règne entre les membres qui se connaissent pour la plupart en ayant participé à d’autres séances. L’animatrice, Soeur Céline Rivard a une grande capacité d’écoute et relance la personne qui s’exprime sur une de ses expériences de vie, pour l’aider à ne pas rester à la surface de ses motivations, mais découvrir les raisons profondes qui la font agir, particulièrement ses forces intérieures.

Jimmy, 31 ans, tente un séjour en communauté pour découvrir cette vie si différente. En 5 jours pourra-t-il pressentir la perle rare ? En tout cas il repartira très heureux.

Lundi 6 : Denis Gira a été invité à participer comme informateur à un pèlerinage sur les pas du Bouddha en Inde, pour les prêtres des Missions Étrangères de Paris. Cette démarche pour ceux qui sont envoyés dans des pays à majorité bouddhiste, leur permet de découvrir, sur les lieux d’origine, les enseignements fondamentaux du Bouddha. Ils étaient à Katmandou quelques mois avant le tremblement de terre qui a détruit en partie cette ville.

Dans notre centre d’accueil et jusqu’au 20, Artisans du monde propose des produits divers : alimentaires, bijoux, art de la table, déco... Ce mouvement associatif d’économie solidaire défend une vision engagée du commerce équitable. Il est en relation avec 120 organisations de producteurs de 48 pays du sud. C’est la boutique d’Annecy - 1, côte Perrière qui assure cette prestation. (www.artisansdumonde.org)

Jeudi 9 : Pour la fête de Communauté autour de notre Père Abbé, laudes et messe se célèbrent à 7 h 30, suivies des services ordinaires, la fromagerie est assurée par les salariés, un apéritif est proposé dans le préau avec deux clowns Youyou et Josiane qui participeront avec nous au repas avant de nous donner une séance récréative avec des cors des Alpes, suivie d’un film, Drôle de drame, de 1937 avec Jouis Jouvet. Gustave Losserand-Cantin, 103 ans, notre voisin du hameau des Prières, côté Haute-Savoie et ancien producteur laitier , ainsi que les trois frères Pavillet aux Moulins proches de l'abbaye, apprécient d’y être invités.

Il y a du soleil mais il ne fait pas trop chaud. Le repas festif se prend sous une tente dressée dans le jardin. Fr. Laurent prépare la spécialité de la Lozère : l’aligot, mélange savamment dosé de pommes de terre, de crème et de tome fraîche de l’Aubrac. Le tout est très filant. Nous profitons de la présence de presque tous les Frères (P. Victor et Fr. Maurice absents) pour une photo de communauté, un cor des Alpes sonné par Youyou souligne tout le groupe.

Grâce à son âge, Gustave est la mémoire vivante de la région. Un acte notarial de 1701 relatait un bornage entre la propriété de l’abbaye et un terrain appartenant en indivis à des habitants des Combes, autre hameau de Seythenex. Il y était précisé qu’une marque avait été gravée sur un rocher : la date 1701 avec un écu et une crosse et d’autres bornes plantées aussi avec des marques. Interrogé, Gustave a indiqué tout de suite où se situait ce rocher avec cette inscription. Il y a longtemps il avait encore repéré une borne fichée en terre avec ces marques, mais par la suite il ne l’avait plus revue.

Vendredi 10 : Fr. Jean-Pierre se rend à Meylan avec Denis Gira pour participer à un week-end de réflexion et d’échange dans le cadre d’une rencontre chrétiens-bouddhistes.

Samedi 11 : Pour la fête de saint Benoît, nous célébrons une messe solennelle à 10 h 30.

L’architecte des Bâtiments de France est de visite pour une demi-heure à l’abbaye avec la responsable des monuments historiques de la région Rhône-Alpes. La législation va changer et les contraintes seront différentes. L'ambiance de cette rencontre (avec Père abbé et Frère cellérier) est très cordiale.

belledonne

Chaîne de Belledonne - Cliché : Jean-René Bouvier

À Saint-Bernard du Touvet, en face de la chaîne de Belledonne en Isère, les moniales de l’Ordre des Cisterciennes Bernardines d’Esquermes organisent une messe d’action de grâce à l’occasion des 50 ans de leur présence en ce lieu, Mgr l’évêque de Grenoble préside, de nombreux prêtres concélèbrent et des moines, moniales des communautés proches sont présents, Fr. Marco et Fr. Jean-Bénilde représentent notre communauté. Des fidèles nombreux se joignent à cette fête. C’est aussi l’occasion de la fermeture de cette communauté, faute de personnel disponible pour assurer la relève.

Dimanche 12 : Raymond, prêtre spiritain en Algérie depuis 1965, nous présente son travail dans le diocèse d’Oran, à Mascara actuellement avec deux religieuses pour la formation des femmes. Les relations sont bonnes actuellement entre l’Église et les autorités civiles. Les basiliques de ND d’Afrique et d’Hippone ont été restaurées, le gouvernement étant maître d’oeuvre. La population les fait siennes. Raymond se rendra à Tibhirine du 2 au 15 août pour remplacer le père Jean-Marie Lassauce, prêtre de la Mission de France qui prendra un temps de congés. Tibhirine reste un lieu international de paix et de grand rayonnement, attirant de nombreux visiteurs.

Mardi 14 : En ce jour où la France célèbre la République une et indivisible avec force manifestations militaires, les Frères assurent le travail à la cave, mais il n’y a pas de fabrication.

Mercredi 15 : Une troupe de jeunes scouts a planté les tentes et monté des tables avec bancs et l’inévitable mât pour le drapeau. La cuisine se fait au feu de bois en plein air.

Jeudi 16 : Fr. Philippe et Fr. Jean-Pierre rendent une visite d’amitié à Arcabas et à son épouse Jacqueline, 90 et 92 ans qui n’ont pas pu venir assister le mois dernier à Tamié au concert composé sur les oeuvres de l’artiste. Arcabas a encore un chantier en cours : les vitraux de l’église du Sacré-Coeur de Grenoble. Il envisage aussi de travailler à sa biographie avec un historien.

Vendredi 17 : Fr. Christian travaille au jardin et ne s’occupe pas seulement des végétaux, il s’intéresse aussi à ceux qui les visitent. Il nous présente le fruit de ses observations passionnées et appréciées par les autres Frères. Deux quarts d'heure ne sont pas suffisants pour qu'il nous présente ses meilleures photos.

insectes du jardin

Sur le toit de l’aile sud le couvreur doit reprendre la couverture des jacobines et remplacer les crochets des ardoises en cuivre qui se détordent quand il y a une épaisse couche de neige par d’autres plus résistants en inox.

 

Samedi 18 : Les Soeurs cisterciennes de Syrie lancent un appel largement diffusé pour demander la levée des sanctions économiques infligées à ce pays : les dirigeants n’en souffrent pas, mais la population beaucoup dans son ensemble. Elles dénoncent aussi la désinformation systématique entretenue par les pays qui y trouvent de l’intérêt.

Le temps commence à être sec dans notre région. Heureusement la rosée évite aux génisses de n'en être pas à brouter de la paille. En contrepartie de ce temps frais en été, l'hiver arrête la végétation 5 à 6 mois.

Dimanche 19 : Un groupe de Frères du Sacré-Coeur fait retraite à l’hôtellerie, prêchée par leur supérieur général Frère José Ignacio. Leur congrégation fut fondée à Lyon en 1821 par le père André Coindre qui voulait que les Frères se fassent proches des jeunes délaissés, en leur enseignant un métier et en les aidant à trouver un sens à leur vie. Les frères sont un millier dans les 5 continents. Il n’y a pas de recrutement en Europe ni en Amérique du Nord, mais en Afrique et en Amérique du Sud.

Lors d’une rencontre communautaire dans le but d'améliorer la vie commune, les Frères soulèvent des problèmes de liturgie, d’aménagement du scriptorium, du réfectoire, modifications à apporter dans nos actions les plus ordinaires pour limiter les dépenses d’énergies, favoriser des comportements plus écologiques et autres améliorations possibles, souhaitables ou même nécessaires.

Lundi 20 : Comme l’année dernière Jean-Bernard, handicapé moteur en maison spécialisée à Marseille profitera de l’aide de trois accompagnateurs pendant son séjour à Tamié : Karim et Caroline avec Jean-François dont l’épouse et leur fils sont au Viêt-Nam. Fr. Marco remplacera Fr. Alain pour la coordination.

Mardi 21 : À l’occasion de sa fête onomastique nous envoyons par fax à notre Père Victor nos voeux, l’assurance de notre prière et l’expression de notre amitié. Il viendra nous rendre visite fin septembre.

Jeudi 23 : Accompagné de Fr. Pierre, Fr. Patrice assure un deuxième voyage de fruits dans la Drôme. Des groupes de scouts et des jeunes de la Suisse romande les prépareront pour les mettre en sirop pour la communauté.

  

Samedi 25 : Mgr Coudray du diocèse de Mongo au Tchad est accueilli en communauté pour un temps de retraite. Il vient aussi se reposer. Nous nous réjouissons de cet ami de la communauté.
Il ravive notre prière pour son vicariat apostolique de Mongo au Tchad (http://eglisemongo.org/)? En chiffres : Tchad : 1,3 million km², 11 millions d’habitants à majorité musulmane ; diocèse ; 540 000 km2, 7 prêtres dont un seul indigène, 15 000 catholiques, 6 paroisses en 95 communautés dispersées. L’Église vit par les laïcs de plus en plus nombreux à prendre leur place dans l’Église : catéchisme, présidence des assemblées dominicales, oeuvrant dans des actions sociales en collaboration avec les musulmans. Par sa situation géographique et par les peuples qui l’habitent, le Vicariat Apostolique de Mongo est une « Église des frontières » : la Lybie au nord, le Soudan à l’est, la Centre-Afrique au sud, entre désert et plaines herbeuses ; entre populations nomades et sédentaires ; entre ethnies arabes et négro africaines ; entre Islam, Animisme et Christianisme ; entre chrétiens du Nord du pays et chrétiens du Sud.
En vue du témoignage à rendre, le diocèse travaille selon plusieurs axes :
* Former des communautés chrétiennes vraiment enracinées dans leur foi : catéchèse, traductions bibliques et liturgiques, service des sacrements, formation chrétienne de la jeunesse et des divers responsables laïcs, etc.
* Promouvoir un enrichissement mutuel des deux composantes de notre Église : les montagnards autochtones (Hadjerays) et les chrétiens allogènes originaires du sud, afin que se réalise petit à petit une communion plus vaste au niveau de toute l’Église du Tchad, enrichie en son sein même de toutes les différences de la société tchadienne.

Lundi 27 : Alfred Ouédraogo burkinabè, nous présente sa thèse qu’il vient de soutenir à la faculté catholique de Lyon : « Faire la démocratie en Afrique » une approche de la figure d’Emmanuel Mounier comme prophète, sage et poète. « La question qui a été au centre de cette réflexion est : Comment la pensée politique de Mounier sur la démocratie en Afrique peut-elle contribuer à penser et à mettre en oeuvre une expérience démocratique authentique qui soit source de renaissance pour ce continent ? En effet Emmanuel Mounier, à travers une prise de position qui appelle à « Faire la démocratie en Afrique » invite à éviter les pièges d’une démocratie qui ne serait rien d’autre que sa propre fin. Cet appel, s’il est bien entendu et compris, peut devenir source de renaissance pour l’Afrique, en même temps l’occasion d’une approche de la figure de Mounier comme prophète, sage et poète. »

Mercredi 29 : Nous profitons de la présence de scouts pour leur faire entasser des arbres morts et des branches coupées en vue de les broyer pour les brûler dans la chaudière cet hiver.

Vendredi 31 : Un nouveau site internet www.abbaye-tamie.com devrait être mis en ligne avant la fin décembre. À cette occasion, la transition entre l’actuel et le prochain occasionnera un écran noir pendant 2 ou 3 jours et les pages mises en favoris sur chaque ordinateur devra être réactualisés : les adresses nouvelles ne correspondront pas aux anciennes.

 alicia-fd-5.jpgAlicia Scarcez est belge, elle s’est lancée dans la recherche de mélodies grégoriennes anciennes, particulièrement celles reconstituée par les cisterciens dans la première période après leur fondation en 1198. Le résultat ne fut pas jugée satisfaisant et sous l’autorité de saint Bernard de Clairvaux une réforme du chant a été entreprise vers 1140-1145. Cette liturgie a été utilisée dans les monastères de l’Ordre de Cîteaux jusqu’à la réforme liturgique après le concile de Trente (1545-1563).  Quelques manuscrits contenant la liturgie des origines de Cîteaux ont été corrigés par grattage et réécriture pour se conformer à la réforme de saint Bernard. Plusieurs exemplaires primitifs ont pu être conservés et au fil des siècles, démembrés, recomposés...On trouve actuellement dans l’abbaye cistercienne de Westmalle en Belgique, une des parties importantes, une autre à l'abbaye de Tre Fontane à Rome, un registre reliés de 154 folios à l’abbaye de Tamié, des fragments à l'abbaye de la Fille-Dieu en Suisse ainsi qu'aux archives de Fribourg. Alicia Scarcez a étudié de très près les documents de Westmalle et a contribué à leur publication en 2014 chez Brépols. Elle a pris comme sujet de thèse soutenue en 2013 : La réforme liturgique et musicale de saint Bernard. Elle travaille actuellement à préciser La réforme liturgique et musicale de saint Bernard. Ses sources et ses enjeux, Brepols (collection Disciplina monastica), à paraître en 2016. Pour ceci elle étudie le manuscrit des archives de l’abbaye de Tamié Ms 6, comme un élément susceptible de compléter le dossier sur ce thème.

 

communaute