Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie - Vendredi saint

Par Frère Patrice
logo tamié

Homélie pour le vendredi saint

Qu'est-ce que la Vérité ?

"Qu’est-ce que la vérité ?" demande Pilate ?
Quelle est la part que je fais à la vérité dans ma vie ?
Et comment la Passion de Jésus que nous venons de lire et que nous pourrons méditer nous éclaire-t-elle dans cette quête de vérité ?
Autant de questions que l’on peut se poser en regardant Jésus et tous ceux qui l’entouraient dans cette phase ultime de sa vie.

Pierre
Un disciple de choix de Jésus
Un témoin privilégié de la Transfiguration
Un homme qui à Césarée de Philippe a fait profession de sa foi dans le Christ.
Et pourtant durant la nuit il niera par trois fois la vérité ; il niera être disciple de Celui qui est la Vérité.
Si Jésus se montre plein de force, de calme et d ‘abandon durant toute sa passion, c’est qu’il s’appuie sur le Père : il n’est pas seul.
Si Pierre craque c’est peut-être qu’il ne s’appuie que sur lui-même : or la vérité a besoin d’être partagée ! Surtout si elle se situe au-delà du visible.P
ierre nie la vérité d’un Dieu caché en Jésus brisé, enchaîné : il ne peut la supporter.

Marie Madeleine
Elle fait partie de ces fidèles qui ont suivi Jésus jusqu’au bout. Qui l’eut cru d’elle !
Car elle n’avait pas toujours vécu en grande intimité avec Jésus : St Luc nous dit que 7 démons étaient sortis d’elle.
Ces démons qui nous empêchent de vivre en vérité avec nous-même et avec Dieu.
Tout ce travail de vérité que nous avons à faire au plus profond de nous pour pouvoir suivre Jésus jusqu’au bout, en vérité.
Ce travail de vérité que Marie, la mère de Jésus, et Jean, le disciple bien aimé ont su faire, guidés par un amour indéfectible et vrai. Le travail d’une mère qui a donné un cœur à son enfant, ou le travail de l’amitié qui permet qu’on se repose sur le cœur d’un ami. Ce travail qui purifie l’amour comme l’or au creuset, afin d’en éprouver la vérité

Et Jésus ?
Un long dialogue entre Jésus, Pilate et les Juifs.
« J’ai toujours parlé au monde ouvertement. »
« J’ai toujours dit que j’étais Fils de Dieu, que Dieu est mon Père, que je suis venu pour le faire connaître. »
Ce sont ces affirmations mêmes qui sont contredites par les Juifs.
Là est la vraie Passion de Jésus.
Quoi de plus insupportable pour celui qui détient la Vérité, que de la voir bafouée, niée.
Et par là même de se voir bafoué, nié.
En quelque sorte : ne plus avoir d’existence.
Et qui n’a plus d’existence, n’a plus lieu de vivre.
C’est le fond même de tout ce qui constitue l’être et la personne de Jésus qui est nié.
Etre réduit et compté pour rien : c’est sa personne même qui est bafouée, niée.
Là encore une fois est la vraie Passion.
Alors qu’est-ce que la vérité ?

* Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libre. Regardez la liberté de Jésus devant Pilate. Elle fait penser à la liberté des torturés face à leurs bourreaux, qui va même jusqu’à s’apitoyer sur leur sort ou celui de leur femme ou de leurs enfants. Celui qui détient la vérité détient la liberté ; celui-là même qui était jugé devient le juge. Repensez à ces parole que nous prononçons avant la consécration : « au moment d’entrer librement dans sa Passion ».

* La vérité c’est une lumière qui brille dans les ténèbres et que les tempêtes des accusations ne peuvent éteindre. Le mal hurle, vocifère, se met en colère à l’image de ces juifs déchaînés contre Jésus : la vérité fait surgir sans bruit ce qu’il y a de plus beau et de plus grand en nous, de plus authentique.

*La vérité, c’est que Jésus ne vient pas révéler la puissance de Dieu (celle-là même qui met les Juifs en colère), mais son amour : voilà la vérité qu’il est venu annoncer. Vérité de l’amour, vérité de l’amour de Dieu et du Dieu d’amour. Vérité de la valeur de chaque personne.

Joseph d’Arimathie et Nicodème
Avec la mort de Jésus, on pourrait croire la vérité morte, éteinte à tout jamais.
Non. La mort de Jésus provoque presque immédiatement deux hommes à s’afficher comme ses disciples : Joseph d’Arimathie, disciple de Jésus mais en secret par peur des Juifs, et Nicodème qui était venu trouver Jésus de nuit.
Ils n’ont plus peur de dire la vérité de leur foi, leur attachement à Jésus, et viennent ouvertement prendre le corps de Jésus et apporter ce qu’il faut pour l’embaumer.
Et en Nicodème devaient probablement retentir les paroles que Jésus lui avait dites un jour : celui qui pratique la vérité vient à la lumière, la lumière de Pâques.