Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie - 33ème dimanche

Par Frère Marco
logo tamié

Homélie pour le 33ème
dimanche ordinaire



Nous pouvons nous demander pourquoi lire une page... Les journaux, la télé, la radio, internet... nous mettent de telles catastrophes sous les yeux à longueur des jours...

Et pourtant, frères et soeurs, cette page que nous venons d'entendre, n'est pas une page quelconque mais une page d'Évangile, elle porte en elle une Bonne Nouvelle, une Espérance, c'est une Parole de Jésus ressuscité. Oui, osons le dire une Bonne Nouvelle !

Ce matin, Jésus ne veut pas rajouter une couche, aux motifs d'inquiétudes qui déjà nous habitent au sujet du monde, de la société, de l'Église, de nos vies personnelles. Non la parole du Seigneur ne veut pas nous faire peur, nous enfoncer un peu plus dans la culpabilité, le désespoir. Tout au contraire.

 

Aujourd'hui Jésus vient à nous pour nous réconforter, pour nous dire, à nous ses bien-aimés, mais aussi à tout homme toute femme qui désespère : « N'aie pas peur ! Ne désespère pas... Moi, le Seigneur, je suis là je suis avec toi... Pas un cheveu de ta tête ne sera perdu... »

 

« N'ayez pas peur. Ouvrez toute large la porte au Rédempteur... » C'est le cri que Jean-Paul II lança à l'Église lors de son élection, cri qui traversa tout son pontificat et qui résonne encore à nos oreilles...

«  N'ayez pas peur ! Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu...

N'ayez pas peur, c'est par votre persévérance, que vous obtiendrez la vie ! »

 

Les contemporains de Jésus admiraient la splendeur du Temple considéré comme l'une des sept merveilles du monde ancien. et bien Jésus leur dit (et à nous aussi) de ne pas se laisser tromper par ce qui semble solide et qui en réalité ne l'est pas.

Jésus nous invite à bâtir notre vie sur le roc, le roc de la foi et de la Parole de Dieu, de la prière, de la solidarité fraternelle, du don de soi...

Jésus nous invite à ne pas mettre notre assurance dans un temple de pierre. Le vrai Temple, c'est lui. C'est sur lui qu'il nous faut nous appuyer, nous enraciner, surtout dans les moments difficiles, douloureux de notre existence... Même à travers la mort, nous sommes assurés de rester vivants de la vie de Dieu.

Ce matin le Seigneur nous invite à être semeur, témoins d'espérance là où nous sommes, sans autre prétention que de semer le petit carré de terre qu'il nous a confié.

On disait à Mère Teresa : » Votre action, ce que vous faites, ce n'est qu'une goutte d'eau... ça ne sert à rien... » Et mère Teresa de répondre : « Oui ce n'est qu'une goutte d'eau, mais l'océan est fait de milliards de gouttes d'eau ! »

Oui, frères et, soeurs, nous aussi comme les gouttes d'eau qui forment l'océan. Nous sommes tous reliés les uns unes aux autres... Chaque fois que j'introduis dans ma vie de l'amour, de l'espérance, de la compréhension, de la compassion envers mes frères et soeurs et envers toutes les personnes que je rencontre, je contribue à hâter la victoire totale du Christ sur toutes les forces du mal.

L'eucharistie que nous célébrons est une source intarissable d'espérance. Tournons-nous vers Jésus pour lui demander la paix. Prions-le avec confiance, car il nous assure de sa présence dans toutes les difficultés, dans toutes les épreuves que nous traversons.

Demandons-lui qu'il nous enracine vraiment dans son amour, afin que son amour chasse de nos coeurs toute peur.

Au terme de cet homélie Je voudrais vous faire un cadeau, un cadeau que j'ai reçu moi-même un jour où j'étais dans une grande détresse.

Que rien ne te trouble,
Que rien ne t'épouvante.
Tout passe.
Dieu ne change pas.
La patience obtient tout.
Celui qui à Dieu, ne manque de rien.
Dieu seul suffit".

(Thérèse d'Avila)