Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie - Corps et Sang du Christ

Par dom Victor

Solennité du Corps et du Sang du Christ
(18 juin 2006) 

Chacune de nos Églises est marquée, dans l'énoncé et l'expression de sa foi, par des circonstances liées à l'histoire ou à tel contexte culturel. Il en est ainsi pour l'institution de cette fête du Corps et du Sang du Christ, appelée autrefois Fête-Dieu. Elle est née au 13e siècle pour répondre à un désir légitime des fidèles tenus éloignés de l'Eucharistie. Mais aucune influence culturelle ou historique n'a inventé l'Eucharistie. Toutes les Églises chrétiennes célèbrent le repas du Seigneur, signe de la présence du Christ ressuscité à son Église et repas de communion entre nous et avec Dieu. C'est à la fraction du pain que, le soir de Pâques, les disciples d'Émmaüs ont reconnu le ressuscité ; ils le reconnurent et immédiatement ont éprouvé la nécessité de rejoindre la communion de l'Église et sont devenus avec les apôtres des témoins de la Résurrection.
Les trois lectures que nous venons d'entendre nous ramènent au mystère pascal et au repas du Jeudi Saint. Saint Marc vient de nous rappeler que l'Eucharistie est un don voulu par Jésus, un don qui est son testament et qui perpétue sa présence. Ce don de son amitié est aussi une liturgie qui s'inscrit dans la longue tradition juive de la fête de Pâques, dans une prière prolongée par la récitation des Psaumes. Enfin, c'est un geste d'alliance avec les hommes de tous les temps, de toutes les cultures... Ainsi l'Eucharistie nous apparaît à la fois comme un don, un testament, une liturgie, une alliance.
A la suite de la lettre aux Hébreux, l'Église n'a cessé de méditer sur la richesse de ce sacrement. Un document oecuménique, publié en 1982 par le groupe Foi et Constitution qui prie avec nous ce matin, a voulu aider les chrétiens à renouveler leur foi. Ce document, intitulé Baptême, Eucharistie et Ministère nous donne sur l'Eucharistie une catéchèse qui exprime la foi commune de tous les chrétiens et qui peut nourrir notre foi et notre prière. Tout d'abord, il est affirmé que l'Eucharistie est essentiellement le sacrement du don que Dieu nous fait en Christ par la puissance du Saint-Esprit. Et chaque chrétien reçoit ce don du salut par la communion au corps et au sang du Christ (n.2). Oui, l'Eucharistie est avant tout un don que l'on accueille avec reconnaissance et avec joie, le plus beau don de Dieu avec l'Incarnation : c'est le Père qui nous donne son Fils, si je puis dire, au quotidien, dans l'Esprit Saint. Le document rappelle ensuite la dimension trinitaire de toute Eucharistie.
Elle est une louange, une action de grâce au Père pour la création, pour l'oeuvre plus admirable encore de la rédemption et pour le don de notre sanctification. L'Eucharistie est le grand sacrifice de louange, par lequel l'Église parle au nom de la création tout entière... Le pain et le vin, fruits de la terre et du travail des hommes, sont présentés au Père dans la foi et l'action de grâce. Ainsi, l'eucharistie révèle au monde ce qu'il doit devenir : une offrande et une louange au Créateur, une communion universelle dans le Corps du Christ, un royaume de justice, d'amour et de paix dans l'Esprit Saint (n.4).
Action de grâce adressée au Père, elle est aussi mémorial du Christ crucifié et ressuscité, elle nous rend présent son sacrifice unique pour nous permettre de nous offrir nous-mêmes. (Je cite :) Le Christ lui-même, avec tout ce qu'il a accompli pour nous et pour, la création entière (dans son incarnation, sa condition de serviteur, son ministère, son enseignement, sa souffrance, son sacrifice, sa résurrection, son ascension -et l'envoi de l'Esprit Saint) est présent dans ce mémorial... (n° 6) l'Eucharistie, le Christ nous donne la force de vivre avec lui, de souffrir avec lui et de prier par lui, comme des pécheurs justifiés accomplissant librement et joyeusement sa volonté (n.9). Unis à notre Seigneur et en communion avec tous les saints et martyrs, nous sommes renouvelés dans l'alliance scellée par le sang du Christ (n.11).
Action de grâce au Père, mémorial du Christ, l'Eucharistie est fruit de l'Esprit Saint, force d'amour, qui actualise le sacrifice du Christ pour nous aujourd'hui. C'est tout le sens de l'épiclèse ainsi exprimé au n.14 : l'Église demande au Père l'Esprit Saint pour qu'il accomplisse l'événement eucharistique : la présence réelle du Christ crucifié et ressuscité donnant sa vie pour toute l'humanité.
A cette dimension trinitaire répond la dimension ecclésiale. "Communier ensemble dans le Corps du Christ est ce qui constitue l'Église. C'est un appel non seulement au pardon et à l'amour mutuel mais d'abord à la reconnaissance mutuelle des églises soeurs qui partagent la même foi. Partager le Corps et le Sang du Christ est également une invitation très forte à ce que
toutes les formes d'injustice, de racisme, de séparation et d'absence de liberté soient dénoncées et abolies (cf n.20). Enfin l'Eucharistie ouvre sur la vision du Royaume de Dieu, promis comme le renouvellement final de la création, elle en est un avant-goût... elle célèbre et anticipe dans la joie la venue du Royaume en Christ. (n.22)
Nous tous ici présents aujourd'hui nous croyons cela et, grâce à notre foi commune, l'unité de l'Église est déjà une réalité. Mais dans la mesure où notre foi sur l'un ou l'autre de ces points demeure fragile ou en désaccord, notre unité n'est pas encore .pleinement réalisée. Pour hâter le jour où cette unité pourra se vivre dans une vraie communion, prions l'Esprit d'Unité, communion du Père et du Fils et vie de l'Église de nous accorder avec ce don si merveilleux de l'Eucharistie celui de la pleine unité. En célébrant cette Eucharistie disons à Dieu notre merci et engageons-nous à vivre de ce don en étant à l'exemple de Marie, écoute obéissante à la Parole, accueil de Dieu dans notre vie et don total de nous-mêmes à Dieu et aux hommes.

Dom Victor