Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie - 28ème dimanche

Frère Didier

Homélie pour le 28ème dimanche
du Temps ordinaire - B

Sg 7, 7-11 - Hx 4, 12-13 - Mc 10, 17-30
Vends - Suis-moi !

Ouverture de la célébration

Chers amis, vous êtes peut-être venus à cette célébration comme cet homme de l’Évangile d’aujourd’hui qui accourt vers Jésus… Il est arrivé en courant, vous peut-être pas… Il s’est mis à genoux, vous peut-être pas… Mais vous êtes peut-être venus avec ce même désir de la Vie éternelle et avec cette même question : « Que dois-je faire ?... »
Jésus va nous répondre par son regard : il regarde tout autour de lui, et un peu après, il fixe du regard ses disciples… Il va répondre aussi par quelques paroles très fortes, incontournables, décisives… Préparons-nous à accueillir son regard… et ses paroles de vérité et de vie.


Homélie

« Que dois-je faire pour avoir en héritage la Vie éternelle ? »
      C’est beau ce désir de la Vie éternelle… C’est beau, c’est un reflet en nous du désir même de Dieu qui nous a créés pour vivre en son amour pour toujours… Saint Benoît, dans sa Règle de vie pour les moines, nous demande de « désirer la Vie éternelle de toute l’ardeur de notre âme… Et d’ailleurs notre vie monastique -notre vie de communion fraternelle et de louange à Dieu- voudrait faire signe… vers cette Éternité d’Amour et de Beauté…

      Mais l’homme de l’Évangile, me semble-t-il, pose très mal sa question… Parce qu’il désire la Vie éternelle à sa façon, comme un homme qui « a de grands biens » et qui désire la Vie éternelle comme une possession de plus… Et l’on va voir Jésus ré-orienter ce désir… Non, la Vie éternelle n’est pas une possession… Et elle n’est pas non plus une récompense de mes bonnes actions… Ne serait-elle pas plutôt une DÉPOSSESSION?... Ne faut-il pas plutôt la chercher du côté de la pauvreté et du manque?... « Heureux les pauvres ! À eux le Royaume du Cieux ! »… Il ne s’agit pas d’avoir plus… Il s’agit d’avoir moins !... Entendez bien ça, frères et sœurs : c’est tout le contraire de ce qu’on entend habituellement !... Non pas avoir plus, mais avoir MOINS !... Ce qui lui manque à cet homme riche, c’est de manquer !...
« Une seule chose te manque : donne tout aux pauvres ! »
      Mais ne serait-ce pas un moins pour un plus ?... Un manque pour une plénitude?... Si c’était… avoir moins… pour ÊTRE plus !... La Vie éternelle n’est pas à chercher du côté de l’avoir mais du côté de l’être, du côté de la vie, du côté de la relation, de la communion, de la gratuité de l’Amour… Du côté de l’Infini tel que le comprend si bien notre ami François Cheng dans ses Cinq méditations sur la beauté : « L’Infini, c’est ce qui n’en finit pas de jaillir vers la vie ouverte. »
      Et je veux compléter en disant : c’est ce qui commence depuis toujours !... Si bien que la Vie éternelle, c’est AUJOUR D’HUI, c’est MAINTENANT, que Jésus m’invite à l’accueillir...
D’ailleurs, regardez bien ce que fait Jésus… Il REGARDE intensément cet homme en l’AIMANT… Il lui parle par son regard, il lui parle d’amour par son regard,
il l’invite par son regard à vivre en communion avec lui…
Ah ! je n’arrive pas à traduire cette phrase d’Évangile, ces quelques mots qui a eux seuls sont l’Évangile même et tout l’Évangile !... et donc la Vie éternelle !
Il faudrait pouvoir dire cette ATTENTION à l’homme, à la personne, cette primauté -originelle et éternelle- de la relation personnelle :
« Alors Jésus, en le regardant lui, lui manifeste, à lui, son amour. »

Il faudrait pouvoir dire aussi l’INTENSITÉ de ce regard…
Regard d’amour, parole plus forte que toute parole,
regard originel et éternel,… regard créateur et re-créateur,…
regard qui m’invite… mais je suis libre de rester sur le rivage, et de ne pas plonger dans cet océan de Beauté…

       Il faudrait surtout pouvoir dire la vérité de cet AMOUR… Oui, c’est « Agapê » en grec, « Caritas » en latin… Cet Amour pur, cet Amour fort,… cet Amour qui accueille inconditionnellement chaque personne et qui se donne sans mesure,… cet Amour que le pape Benoît - par sa première encyclique : Dieu est Amour- veut que nous reconnaissions comme la Révélation même de l’Évangile et l’Unique Réalité que nous avons à croire, à vivre, à espérer et à manifester…

Mes frères, mes sœurs,
ce regard, c’est la rencontre de l’Amour !

Voici cet homme… face à face avec l’Amour Lui-même !... face à la Vie éternelle - cette Vie éternelle qu’il désire - … et voici un instant que je trouve terrible, un des plus douloureux de l’Évangile : l’homme s’en va…
« Il devint sombre et s’en alla tout triste… »

Cet homme n’a pas répondu à l’invitation de ce regard,
ni à l’appel que lui offre Jésus : « VIENS ET SUIS-MOI. »

Ici, l’Amour n’est pas reconnu, ici l’Amour n’est pas aimé !

L’Évangile nous parle de la tristesse de cet homme…
Il ne nous parle pas de la tristesse de Jésus…
Pourtant… Terrible tristesse… puisque l’Amour n’est pas aimé !


ET NOUS ………… Le regard de Jésus, ce regard plein d’Amour de Jésus est toujours posé sur nous…
      Avons-nous reconnu cet Amour ?
      Avons-nous répondu à cet Amour ?...
Peut-être pas
ou peut-être qu’à moitié… ou un tout petit peu !...
Qu’importe ! AUJOUR D’HUI, MAINTENANT, Jésus nous appelle par son regard et sa parole… Il est la Vie éternelle… Le bonheur est à nous si nous voulons bien l’accueillir… car Jésus nous le dit :

« Pour les hommes, c’est impossible,
mais tout est possible à Dieu ! »

Nous voici bien confirmés :
S’il y a quelque chose à faire pour laisser se déployer en nous la Vie éternelle -semée en nous depuis notre conception- c’est ACCUEILLIR le Don de Dieu, Dieu lui-même qui se donne,… c’est prendre la route du DÉTACHEMENT… mais c’est pour un NOUVEL ATTACHEMENT… à Jésus lui-même, à Dieu, à l’Amour, aux autres qui nous appellent…
Il s’agit de vivre POUR…
Comme le dit Jésus : « Personne n’aura quitté une maison, des frères, des champs... pour moi et pour l’Évangile, sans qu’il reçoive dès maintenant le centuple… »

Gratuité de l’Amour qui nous fait nous quitter nous-mêmes pour vivre en COMMUNION… Et c’est déjà la Vie éternelle !

      Nous avons des témoignages bouleversants de ce détachement, de cette gratuité, de cette vie pour, de cette Communion,… avec les vies données -pour Dieu et l’Algérie- de nos frères moines de Tibhirine, ou avec la vie donnée –pour la Vérité et la Justice- d’Anna Politkovskaïa, assassinée il y a une semaine…
Elle ne le savait pas –elle le sait maintenant- Jésus, l’Amour même, Jésus le Ressuscité, vivait en elle…
Et pour nous qui déjà pouvons le reconnaître, quel bonheur, dès maintenant, de pouvoir nommer cet Amour,… de pouvoir rencontrer son regard… et entendre ses paroles… et faire route avec Lui dans un compagnonnage de tout les instants !

« A tout instant     vivre de Toi,
                               vivre en Toi,
                               vivre pour Toi !
                                                            Vivre toujours avec Toi
                                                            et vivre tout avec Toi ! »

Nous oublions souvent notre Bonheur !

      Un petit test… Notre inquiétude… Avouons que nous sommes souvent inquiets… pour ci, pour ça… L’inquiétude, c’est bon, c’est même beaucoup d’amour quand on s’inquiète pour un ami malade, pour un enfant face à son avenir… Mais peut-être qu’on s’inquiète pour des choses dont on ne s’est pas encore détaché… Et puis l’inquiétude, ne doit-elle pas être baptisée dans la Présence du Seigneur,… ne doit-elle pas se laisser gagner par la confiance,… devenir une inquiétude transfigurée ?... Parce que le Seigneur est là !... Parce que nous sommes toujours ensemble !... Ensemble pour l’Eternité… Par cette inquiétude transfigurée par la Foi, quel beau témoignage, tout simple… mais très fort,… nous pouvons donner, dans notre vie quotidienne,… de la Présence du Seigneur et de la Vie éternelle !

Rassemblés pour faire eucharistie,
 rendons grâce pour le Don de Dieu
–Dieu qui est là, Dieu qui se donne-
répondons à l’invitation de son regard,
                        à l’appel de ses paroles...
C’est pour notre Bonheur !
Que ce pain et ce vin que nous allons partager,
que ce pain et ce vin qui ont un tel goût d’Éternité,
nous mettent toujours plus en Alliance avec Lui
et en Communion tous ensemble !
C’est aussi pour son Bonheur !

Ne plus s’inquiéter de notre Bonheur à nous,
            mais vivre avec Lui pour son Bonheur à Lui
            et le Bonheur de tous,…
n’est-ce pas ça la Vie éternelle ?