Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Pour le temps de la moisson - 3

Sermon de saint Bernard
Sermon de saint Bernard sur le travail de la moisson - 2
Sur ces paroles du Psalmiste : Telle est la race de ceux qui cherchent le Seigneur, de ceux qui cherchent à voir la lace du Dieu de Jacob (Ps 22, 6).

1. Avec quelle ardeur je viens aujourd'hui me joindre à votre troupe pour reposer mon esprit fatigué de la vue des hommes qui recherchent des choses si diverses à des sources si diverses elles-mêmes! Grâces à Dieu, je ne suis point déçu dans mes désirs et ne suis point frustré dans mes espérances. J'ai voulu voir, j'ai vu et mon âme s'est fondue. Je suis rempli de consolations, je surabonde de joie, tout ce qui est en moi bénit le nom du Seigneur, tous mes os s'écrient: « Seigneur, qui est semblable à vous? » Oui, en regardant de loin, à mesure que j'approchais, il m'a semblé que je voyais des yeux du corps ceux que le Prophète ne vit d'avance qu'en esprit; et aussitôt il m'est venu à la pensée ces paroles qui étaient tombées de ses lèvres et que je répétais avec lui : « Voilà la race de ceux qui cherchent le Seigneur (Ps 33, 6). »

2. II y a plusieurs races (1) d'hommes, et si je ne me trompe, celle que je vois et qui fleurit en vous est la troisième. La première est celle qui ne cherche pas encore le Seigneur, et que le Seigneur n'a point non plus cherchée; c'est celle des hommes que leur mère a enfantés dans l'oubli de son âme, et dans la souillure de leur iniquité. La seconde, celle qui vient tout de suite après, comme il est juste, nous a montré le remède qui venait en toute hâte vers nous de l'eau et de l'esprit, mais si cette race n'est pas encore la race de ceux qui cherchent le Seigneur, du moins est-elle elle-même recherchée par lui, car il la recherche alors qu'elle ne savait, ni ne pouvait encore le chercher. Il nous a donc cherchés, et il nous a acquis dans la seconde race, pour faire de nous un peuple acquis par lui. S'il arrive que notre aînée murmure et sèche d'envie, on lui répondra : « Il fallait bien faire bonne chère et nous réjouir puisque ton frère que voici, qui était perdu, a été retrouvé (Luc 15, 32) ».

(1) - Saint Bernard fait allusion à la « race » de ceux qui possède la vie naturelle, la « race » de ceux qui ont reçu la vie baptismale, la « race » de ceux qui mènent une vie chrétienne conséquente, la vie monastique en l’occurrence.

3. D'ailleurs, si le Seigneur nous a cherchés aussitôt, c'était afin que nous le cherchions en temps opportun, alors qu'il pouvait enfin être cherché et trouvé. Malheur à nous qui avons si longtemps différé et négligé de rechercher la vie, de rechercher cela seul qui est bon à ceux qui le cherchent, à l'âme qui espère en lui! Malheur à toi, race corrompue et irritante (Ps 77, 8), race mauvaise et adultère, qui, jusqu'à ce jour, recherches le mensonge, aimes la vanité et ne garde point la bonne foi ! A quelle vérité avais-tu donc été fiancée? N'est-il pas nécessaire qu'une pareille race reçoive une nouvelle naissance, soit engendrée de nouveau? Oh oui, très nécessaire même. Devenus une vraie race de vipères, tous ces hommes ont d'autant plus besoin de rentrer dans le sein de leur mère, et de recevoir une seconde naissance, qu'on ne sait que trop que leur dernier étai est pire que le premier. Grâces à la grâce même, grâces à la miséricorde plus que gratuite, si je puis ainsi parler, qui accable de ses bienfaits, non-seulement ceux qui ne les ont point mérités, mais encore ceux qui les ont démérités et sur les ingrats. Grâces à celui qui vous a régénérés encore cette fois dans l'espérance de la vie, pour que vous reçussiez l'adoption des enfants; car, à vrai dire, c'est volontairement, de votre part, qu'il vous engendre actuellement pour ses enfants, par la parole de la vérité; car auparavant, en vous engendrant par le sacrement de la charité, s'il vous a, quant à lui, engendrés volontairement, ce n'est pas par un effet de votre volonté que vous avez été engendrés, puisque vous étiez incapables de volonté, et que vous ne pouviez faire usage de votre raison : aussi n'avez-vous eu ni conscience de cet engendrement, ni connaissance d'un tel engendreur. Mais à présent votre génération est une génération volontaire qui offre un sacrifice volontaire, selon ce mot du Psalmiste : « Je vous offrirai un sacrifice volontaire, et je louerai votre nom parce qu'il est bon (Ps 53, 6). »

4. Voici la race de ceux qui cherchent le Seigneur. » Est-ce de ceux qui cherchent ou de ceux qui ont déjà trouvé le Seigneur que je dois le dire? C'est de ceux qui l'ont déjà et qui le cherchent encore, car s'ils ne l'avaient pas, ils ne sauraient le chercher. Mais qu'ont-ils et que cherchent-ils? Ou plutôt comment l'ont-ils, et comment le cherchent-ils? Engendrés par le Verbe, ils ont le Verbe; or, est-ce que le Verbe n'est pas le Seigneur ? Écoutez la réponse de Jean : « Et le Verbe était Dieu (Jn 1, 1). » Qu'est-ce donc que la race de ceux qui cherchant le Seigneur, cherche de plus que ce qu'elle a ? Remarquez ce qui suit dans le psaume : « Voici la race de ceux qui cherchent le Seigneur, de ceux qui cherchent à voir la face du Dieu de Jacob: » ils ont donc celui qu'ils cherchent encore, puisque le Verbe du Père et la splendeur de la gloire du Père, ne font absolument qu'un. Bien plus, peut être est-il possible de l'avoir sans l'avoir cherché, tandis qu'il est de toute impossibilité de le chercher si on ne l'a déjà. D'ailleurs, n'est-ce pas la sagesse même qui dit, en parlant d'elle : « Celui qui me mange aura encore faim (Si 14, 29) ? » Il peut assurément se donner à celui qui ne le cherche point, car, ainsi que je l'ai dit plus haut, il cherche lui-même dans le comble de sa grâce et dans les douceurs de sa bénédiction, et il prévient ceux qui ne peuvent point encore le chercher. Mais personne n'est en état de le chercher tant qu'il ne le possède point, attendu, dit-il, que « personne ne vient à moi si mon Père ne l'attire (Jn 6, 44). » Celui qui attire est donc là présent, et en même temps, dans un certain sens, il n'est pas présent, puisqu'il n'attire point ailleurs qu'à lui-même. En effet, jamais et nulle part le Père n'est présent, par la foi, sans le Fils pour attirer à le voir. Comment donc à présent mon esprit ne tressaillerait-il point d'allégresse; comment ne se laisserait-il point aller sans mesure à la joie dans la race de ceux qui cherchent le Seigneur. C'est la preuve qu'on a goûté à la sagesse, quand on en ressent encore une faim si dévorante. Pour moi, une preuve sûre, un argument indubitable que vous avez celui que vous cherchez et qu'il habite en vous, c'est qu'il vous attire fortement à lui. Car ce n'est pas une course qu'il est donné à l'homme de faire; qui donne la force pour cela ; c'est la droite de celui à qui vous devez toujours crier : « Attirez-nous après vous, nous courrons dans l'odeur de vos parfums (Ct 1, 3). » Non, ce genre de vie ne vient pas de l'homme, et je ne veux pas d'autre preuve que le Christ habite en vous, que celle que vous m'en donnez, en cherchant ainsi le Christ.
5. Vous voyez, en effet, mes frères, quel esprit vous avez reçu ; c'est l'esprit qui vient de Dieu, afin que vous sachiez quels dons vous tenez de lui. Nous avons appris qu'il y a trois degrés : l'apostolique, le prophétique et l'angélique; je ne pense pas que nous puissions rien ambitionner de plus élevé. Or, il me semble reconnaître en vous quelque peu, beaucoup même de chacun de ces degrés. En effet, qui hésiterait à donner le nom de céleste, d'angélique, à votre célibat? Est-ce que vous n'êtes pas déjà, dès maintenant, comme les anges de Dieu, en ne vous mariant point, et tels que tous les élus doivent être après la résurrection. Aimez, mes frères, cette pierre extrêmement précieuse ; embrassez cette vie de pureté qui vous rend semblables aux saints, qui fait de vous les familiers de Dieu, selon ce mot de l'Écriture : « La pureté parfaite approche l'homme de Dieu (Sg 6, 20). » Ainsi donc ce n'est pas par votre propre mérite, mais par la grâce de Dieu que vous êtes ce que vous êtes; pour ce qui concerne la chasteté et la pureté, vous êtes les anges de la terre ou plutôt les citoyens du ciel, mais encore voyageurs sur la terre, car tant que nous vivons dans ce corps, nous sommes en exil loin du Seigneur.

6. Que dirai-je des prophéties? c La loi et les prophètes ont duré jusqu'à Jean (Luc 16, 16), » a dit la Vérité même. Et pourtant celui qui disait après que Jean avait cessé de vivre : « ce que nous avons maintenant de science et de prophéties est très-imparfait (1 Co 13, 9), » n'était pas un ennemi mais un disciple de la vérité. Ainsi les prophéties ont cessé, puisque nous avons maintenant la science, mais elles n'ont cessé qu'en partie, attendu que nous ne connaissons qu'en partie; » mais, lorsque nous serons dans l'état parfait, ce qui est imparfait cessera (1 Co 13, 10). » Eu effet, les prophètes qui ont précédé saint Jean, annonçaient dans leurs prophéties les deux avènements du Seigneur, et ni l'une ni l'autre partie du salut n'étant connue alors, elles étaient encore toutes deux l'objet des prophéties. Quant à votre genre de prophétie, il me semble bien grand; oui, dis-je, la prophétie que je vous vois faire a quelque chose de vraiment grand. Mais où sont vos prophéties ? N'est-ce pas prophétiser que de ne point considérer, ainsi que l'Apôtre nous y engage, les choses qui se voient, mais celles qui ne se voient point (2 Co 4, 18) ? Marcher selon l'esprit, vivre de la foi, chercher les choses d'en haut, non point celles de la terre, oublier le passé pour ne plus tendre que vers les choses qui sont placées en avant, n'est-ce point prophétiser en grand ? En effet, comment, sinon par un esprit de prophétie, notre vie peut-elle se passer dans les cieux ? C'était certainement ainsi que jadis les prophètes cessant de vivre , si je puis parler ainsi, avec les hommes de leur temps, franchissaient les siècles par la vertu et une sorte d'élan de l'esprit, désiraient avec une grande ardeur de voir ce jour du Seigneur, le voyaient et étaient transportés d'allégresse.

7. Mais écoutez comment la vie religieuse est aussi une vie apostolique. « Voici que nous avons tout quitté, disent-ils, et vous avons suivi (Mt 19, 27). » S'il est permis de se glorifier, nous avons un motif de le faire; mais, si nous sommes sages, nous ferons en sorte de ne nous glorifier qu'en Dieu, car il n'y a de vraie manière de se glorifier que de le faire dans le Seigneur. En effet, ce n'est pas notre main, si élevée qu'elle soit, mais le Seigneur qui a fait toutes ces choses. Oui, celui qui est puissant a fait en nous de grandes choses pour que notre âme eût un juste sujet de glorifier le Seigneur. En effet, c'est par une grande grâce de lui que nous avons si bien suivi le grand parti dont les grands Apôtres se glorifiaient eux-mêmes. Peut-être même si je veux me glorifier en cela, ne serai-je pas un insensé, car je puis bien dire avec vérité qu'il y en a ici qui ont quitté plus qu'une barque a et des filets de pécheurs. Mais qu'est-ce après tout? S'ils ont tout quitté, ce fut pour suivre le Seigneur, présent à leurs yeux dans sa chair. Mais ce n'est pas à nous d'en faire la remarque, laissons la parole au Seigneur lui-même, ce sera plus sûr pour nous. Il dit donc : « Vous avez cru, Thomas, parce que vous avez vu : heureux ceux qui ont cru sans voir (Jn 20, 29). » Peut-être ce mode de prophétiser semblera-t-il plus excellent, parce que, sans s'arrêter à certaines choses temporelles qui passeront un jour, il ne voit que les spirituelles qui sont éternelles. Bien plus, le trésor de la charité dans un vase de terre est bien plus remarquable et la vertu dans une chair fragile est, à un certain point de vue, bien plus digne de louanges.

8. Quel comble de grâce n'est-ce donc point de trouver dans votre corps la vie des anges, dans votre coeur la vie des prophètes, dans l'un et dans l’autre en même temps, la perfection des apôtres? Que rendrez-vous au Seigneur, pour tous les biens qu'il vous a donnés. Vous êtes élevés bien haut, par conséquent votre chute serait bien plus dangereuse. N'est-ce point au troisième ciel que nous sommes montés? Aussi que celui qui s'y tient prenne bien garde d'en tomber. « Je voyais, dit le Seigneur, Satan tomber du ciel comme la foudre (Luc 10, 18). » C'est de haut qu'il est tombé; il s'est meurtri et brisé, et ses plaies sont incurables; il est devenu un esprit errant, qui ne revient plus à son point de départ. Et vous, voulez-vous aussi vous éloigner ? Satan est tombé, voulez-vous tomber avec lui? Mieux vaut pour vous, vous tenir fermes dans les voies du Seigneur, vous maintenir solidement dans la grâce où vous vous trouvez, car celui qui s'est engagé dans les voies des pécheurs, n'est pas heureux. Bien plus heureux au contraire, Seigneur, est celui qui trouve en vous son secours. Ceux qui en sont là, marcheront de vertu en vertu, pour voir le Dieu de dieux dans Sion, pour le voir dans la bonté de vos, élus, Seigneur, et vous louer avec votre héritage, car ce sont eux qui sont votre héritage, tous sont des dieux et des fils du Très-Haut.

9. Aussi, mes frères, puisqu'il est bien certain et bien vrai que vous êtes la race qui cherche le Seigneur, qui cherche à voir la face du Dieu de Jacob, que vous dirai-je, sinon ce que le même prophète disait jadis : «Que le coeur de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouisse. Cherchez donc le Seigneur, et fortifiez-vous de plus en plus dans cette recherche, cherchez sa face sans cesse (Ps 104, 3) ? » et ce qu'un autre prophète disait aussi : « Si vous cherchez, cherchez. » Qu'est-ce à dire, « si vous cherchez, cherchez » ? Cherchez-le dans la simplicité de votre coeur (Is 21, 12). » Ne cherchez pas autre chose autant que lui, ni autre chose que lui, ni autre chose après lui. « Cherchez-le dans la simplicité de votre coeur. » Il est simple par sa nature, et il demande un coeur simple, d'ailleurs, c'est avec les simples qu'il converse. « Un homme double est inconstant dans toutes ses voies, (Jac 1, 6). » Celui que vous cherchez ne peut être trouvé pas ceux qui ne croient que pour un, temps, et qui se retirent quand l’heure de la tentation arrive. Il est l'éternité même, on ne saurait donc la trouver, si on ne la recherche avec persévérance. Il est dit encore : « Malheur au pécheur qui parcourt la terre par deux routes à la fois (Si 2, 14); car on ne peut servir deux maîtres en même temps (Luc 16, 13). » Aussi ce tout, cette perfection, cette plénitude n'aime-t-elle point une telle duplicité. Il est indigne d'elle de se laisser trouver par ceux qui ne la recherchent point avec un coeur pur. Après tout, si on éprouve du dégoût « pour le chien qui retourne à ce qu'il a vomi, et pour le porc qui se vautre dans sa bauge de boue (2 P 2, 12), et si Dieu se met aussi à rejeter de sa bouche celui qu'il trouve tiède (Ap 3, 16), que sera-ce de l'hypocrite et du traître? Si celui qui fait l'oeuvre de Dieu avec négligence est maudit, que sera-ce de celui qui le fait avec fraude. Fuyons cette duplicité, mes très-chers frères, et tenons-nous en garde, par tous les moyens possibles, contre le levain des Pharisiens. Dieu est vérité, et il veut que ceux qui le cherchent le cherchent en esprit et en vérité. Si nous ne voulons point le chercher en vain, cherchons-le avec persévérance. Ne cherchons pas autre chose que lui, ni autre chose avec lui, et ne nous détournons point de lui pour nous porter vers autre chose que lui. Il est plus facile que le ciel et la terre passent que de voir ceux qui le cherchent ainsi, ne le peint trouver, ceux qui le demandent de cette manière, ne point le recevoir, ceux qu frappent de la sorte, ne point se voir ouvrir la porte.