Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie TO 25

Frère Marco
croix d’anne teissé

25ème dimanche du temps ordinaire

1ère lecture : « Condamnons-le à une mort infâme » (Sg 2, 12.17-20)
Lecture du livre de la Sagesse
Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à nos entreprises, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d’infidélités à notre éducation. Voyons si ses paroles sont vraies, regardons comment il en sortira. Si le juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et l’arrachera aux mains de ses adversaires. Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience. Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. »

Psaume : Ps 53 (54)
R/ Le Seigneur est mon appui entre tous.

Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
par ta puissance rends-moi justice ;
Dieu, entends ma prière,
écoute les paroles de ma bouche.

Des étrangers se sont levés contre moi,
des puissants cherchent ma perte :
ils n’ont pas souci de Dieu.

Mais voici que Dieu vient à mon aide,
le Seigneur est mon appui entre tous.
De grand cœur, je t’offrirai le sacrifice,
je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !

2ème lecture : « C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de paix » (Jc 3, 16 – 4, 3)
Lecture de la lettre de saint Jacques

Bien-aimés, la jalousie et les rivalités mènent au désordre et à toutes sortes d’actions malfaisantes. Au contraire, la sagesse qui vient d’en haut est d’abord pure, puis pacifique, bienveillante, conciliante, pleine de miséricorde et féconde en bons fruits, sans parti pris, sans hypocrisie. C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de la paix. D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces désirs qui mènent leur combat en vous-mêmes ? Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre. Vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas ; vous demandez, mais vous ne recevez rien ; en effet, vos demandes sont mauvaises, puisque c’est pour tout dépenser en plaisirs.

« Le Fils de l’homme est livré…Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le serviteur de tous » (Mc 9, 30-37)

Alléluia. Alléluia. Par l’annonce de l’Évangile, Dieu nous appelle à partager la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Alléluia.
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

© AELF - Paris 2013

 Homélie

Depuis plusieurs dimanches nous suivons Jésus qui marche avec ses disciples sur les routes de Galilée en direction de Jérusalem.

C'est à la cour de ces déplacements que Jésus peu à peu introduit les disciples dans la révélation de son mystère pascal.

Aujourd'hui pour la deuxième fois il leur dit que : « Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes, il sera tué et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »

Les disciples... eux sont accaparés par une autre question... et ils en discutent entre eux avec ardeur...

Lors d'une étape à Capharnaüm, une fois à la maison... Jésus leur demande : « De quoi discutiez-vous en chemin ? ».Les douze sont dans l'embarrât, car en chemin ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.

Et quel est la réaction de Jésus.... ?

Au lieu de les réprimander... au lieu de leur faire la morale... ce n'est pas du tout bien de vouloir être le plus grand... de vouloir être le premier... au lieu de cela... Jésus leur donne le moyen pour y parvenir... il leur dit comment faire pour être le meilleur !

Pierre veux-tu être le plus grand ?...et toi Jean fils de Zébédée, veux-tu être le premier... ? et toi André veux-tu être le meilleurs de tous... ?

Alors voilà ce qu'il faut faire...« Si tu veux être le premier, soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »

Il s'assoit et fais venir les douze près de lui... et leur dit... : « Si quelqu'un veut être le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »

Oui, frères et soeurs, l'Évangile est une Bonne Nouvelle... Et le christianisme... n'est pas une sorte d'éteignoir de nos désirs de nos aspirations les plus profonds

Devenir grand ...être le premier... c'est possible, oui, c'est possible à condition qu'on le soit, non pas au détriment des autres... contre les autres,... mais en faveur des autres... avec les autres...

Pour bien ce faire comprendre, Jésus en merveilleux éducateur... pose un geste concret.... un geste concret comme lui seul sait le faire...

Il prend un enfant dans ses bras il l'embrasse et le place au milieu d'eux...

« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. Et celui qui m'accueille, ce n'est pas moi qu'il accueille, mais Celui qui m'a envoyé. »

Je vous avoue que cette scène m'a profondément touché... et si j'étais peintre j'aimerai pouvoir la peindre... tellement ce geste de Jésus... ses paroles sont bouleversantes... révolutionnaires... Jésus prend un enfant dans ses bras... Jésus vrai homme mais aussi vrai Dieu prend dans ses bras... un petit enfant... dans ses bras... quelqu'un qui ne compte pas... et davantage encore il s'identifie avec lui.

«Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille.

Ce geste de Jésus est plus qu'un simple geste... c'est une parabole... parabole qui nous dévoile quelque chose de son mystère...

« Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s'est abaissé, devenant obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix. C'est pourquoi Dieu l'a exalté : il l'a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom... (Ph 2

Oui Maurice Zundel a vraiment raison quand il dit que Jésus est venu évangéliser l'image que nous avons de Dieu... Non pas un Dieu tout-puissant... mais un Dieu qui s'identifie avec un enfant, mais un Dieu qui se met à hauteur d’enfant.

Aspirons nous aussi à devenir grand... les plus grands... les premiers... et nous le pouvons , nous le pouvons en regardant Jésus... nous le pouvons en nous laissant former par Lui, par sa parole... en mettant nos pas dans les siens... en nous laissant prendre dans ses bras... « Il est grand le mystère de la Foi ! »