Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Les saints amis de Jésus

Par Frère Didier

Les saints amis de Jésus
Marthe, Marie et Lazare
Dieu, Ami des hommes


Par Frère Didier
29 juillet 2006

Voilà Jésus en « Visitation d’Amitié »… Il aime ça, c’est sûr,… lui qui veut être l’ami de tous et qui veut que nous soyons tous ses amis !
Il tient ça de sa mère, évidemment… Pensez donc, à peine conçu dans le ventre de sa mère, voici qu’elle l’emmène en « Visitation d’Amitié » chez Élisabeth… pour la joie de tous, pour la joie de son cousin surtout, Jean-Baptiste qui fait des bonds de joie dans le ventre de sa maman…
A vrai dire, il tient ça surtout de son Père -notre Père du Ciel- qui ne cesse de nous visiter par le don de son Esprit Saint et qui envoie chez nous son Fils bien-aimé en «Visitation d’Amitié».
Aujourd’hui donc, c’est joie !... Joie pour Jésus que ce temps d’Amitié, joie pour Marthe et Marie, joie surtout peut-être pour Lazare dont saint Jean l’Évangéliste nous dit par deux fois que « Jésus l’aimait » et que Jésus s’est mis à pleurer quand Lazare fut mort…
Jésus tient à ce temps d’Amitié et il tient à la qualité de cette Amitié…Que Marthe s’affaire dans la cuisine au lieu d’être là près de lui, ça ne lui plaît pas du tout… car l’Amitié, c’est être ensemble et c’est être à l’écoute l’un de l’autre,… les uns des autres.
« Marie écoutait sa parole… » ça, ça lui plaît !
Et lui, Jésus, il était à l’écoute de Marie,  à l’écoute de son désir, à l’écoute de son silence, à l’écoute de sa présence…
Il n’y a pas que la parole de l’ami à écouter, il y a toute sa présence à écouter… pour communier en silence…
L’Amitié s’émerveille de l’ami, de tout ce qu’il est….
L’Amitié communie à tout ce qu’il peut souffrir…
L’Amitié partage l’espérance de tout ce qu’il peut devenir…

Et cela se passe dans le silence…

Il me revient en mémoire un merveilleux petit poème qui nous vient du Japon :
Ils étaient sans parole,
l’hôte, l’invité
et le chrysanthème blanc.

Ah ! qu’il me semble beau ce chrysanthème blanc, à la fois si fragile et si puissant,…
tout silencieux… et invitant au silence,…
invitant à l’écoute d’une autre Présence,…
une Présence présente dans le silence…

Et je pense aussi à cette parole de plénitude que m’a écrite un jour un de mes amis :
Je viens me glisser dans ta joie secrète
pour faire avec toi silence d’amitié.

Chers frères et sœurs, je souhaite que l’Esprit Saint nous fasse cette grâce du « silence d’Amitié », ce silence de communion… pour accueillir toutes les «Visitations d’Amitié» que Jésus nous fait chaque jour… et, je crois, à chaque moment,… à cet instant… pour accueillir aussi toutes les « Visitations d’Amitié » que nous font nos frères et sœurs rencontrés… et aussi pour que nous allions sans cesse comme lui, Jésus, en « Visitation d’Amitié » tout au long de nos jours… qui nous mènent de rencontre en rencontre… vers l’éternelle et universelle communion, vers cette « Terre d’Amitié où le don est multiplié » -comme le dit frère Christophe de Tibhirine- … cette Terre où nous pourrons reconnaître tous ensemble, illuminés, transfigurés et comblés, ce que dit saint Aelred, un des grands amis de saint Bernard, :
Dieu est amitié.