Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - Avent 4

Par Frère Marco

4ème dimanche de l'avent

1ère lecture : Promesse du Messie, fils de David (2S 7, 1-5.8b-12.14a.16)   Lecture du second livre de Samuel   Le roi David était enfin installé dans sa maison, à Jérusalem. Le Seigneur lui avait accordé des jours tranquilles en le délivrant de tous les ennemis qui l'entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J'habite dans une maison de cèdre, et l'arche de Dieu habite sous la tente ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l'intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. » Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j'y habite ? C'est moi qui t'ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J'ai été avec toi dans tout ce que tu as fait, j'ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je te ferai un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l'y planterai, il s'y établira et il ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l'humilier, comme ils l'ont fait depuis le temps où j'ai institué les Juges pour conduire mon peuple Israël. Je te donnerai des jours tranquilles en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur te fait savoir qu'il te fera lui-même une maison. Quand ta vie sera achevée et que tu reposeras auprès de tes pères, je te donnerai un successeur dans ta descendance, qui sera né de toi, et je rendrai stable sa royauté. Je serai pour lui un père, il sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »

Psaume : 88, 4-5, 27-28, 29-30
R/ Dieu ! Tu as les paroles d'Alliance éternelle.

« Avec mon élu, j'ai fait une alliance,
j'ai juré à David, mon serviteur :
J'établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j'en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !

« Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle ;
je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les cieux. »

 

2ème lecture : Le mystère de Dieu révélé en Jésus Christ (Rm 16, 25-27)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Gloire à Dieu, qui a le pouvoir de vous rendre forts conformément à l'Évangile que je proclame en annonçant Jésus Christ. Oui, voilà le mystère qui est maintenant révélé : il était resté dans le silence depuis toujours, mais aujourd'hui il est manifesté. Par ordre du Dieu éternel, et grâce aux écrits des prophètes, ce mystère est porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l'obéissance de la foi. Gloire à Dieu, le seul sage, par Jésus Christ et pour les siècles des siècles. Amen.

Évangile : Le Messie sera fils de Marie (Lc 1, 26-38)
Acclamation :
Alléluia. Alléluia. La Vierge Maire accueille la Parole : « Je suis la servante du Seigneur, que s'accomplisse la Bonne Nouvelle ! » Alléluia. (Lc 1, 38)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » 
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. »
Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »
L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'. Car rien n'est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »
Alors l'ange la quitta.

© AELF

 Homélie

 
A quelques jours de Noël, ce récit de l'Annonciation à Marie nous sollicite nous interpelle. Ce qui arrive là à Nazareth, ça nous regarde. Ce qui arrive là à cette femme nommée Marie, ça nous concerne
Laissons résonner en nous cet évangile
Le récit de l'Annonciation est tout entier composé à partir de réminiscences bibliques, comme la phrase sublime de l'annonciation à Sara et Abraham : dans le livre de la Genèse : «Y a-t-il rien de trop merveilleux pour le Seigneur ? » (Genèse 18, 14). Ou encore le cri de joie d'Anne à la conception de Samuel : « Mon coeur exulte dans le Seigneur » (1 Samuel 2, 1).
Comment l'évangéliste pouvait-il traduire en mots l'expérience unique de la Parole de Dieu faite chair et accueillie par Marie, sinon en puisant dans le vocabulaire et les images du Premier Testament ?
« Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole »
La phrase que Marie : prononce est l'une des plus belles qu'un être humain puisse adresser à Dieu.
« Parler ainsi, écrit Guerric d'Igny,offrir de la sorte son accueillante disponibilité c'est ouvrir son coeur au Seigneur, ouvrir sa bouche et attirer l'Esprit Saint. C'est ainsi que la terre s'est ouverte, qu'elle a reçu la rosée distillée du ciel et qu'elle a germé le Sauveur... »
« Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole »
Avec une exquise délicatesse, Marie invite le Seigneur, s'il lui plaît, si tel est son désir, à entrer au coeur de sa vie et à laisser naître en elle le mystère qu'il vient de lui proposer par son messager. Si tu le souhaites, alors, que ton projet prenne naissance en moi qu'il vive entièrement et qu'il habite au coeur de mon être.
« Quand une liberté accueille le Verbe, quand une liberté laisse le Souffle de l'Esprit, entrer, c'est Noël. C'est Noël dans ce coeur... » (Fr. Christophe de Tibhirine)
Oui, Marie laisse avec simplicité passer par elle l'oeuvre étonnante de Dieu.
« Le chrétien, écrit le père De Lubac, comprend que cette venue historique du Verbe de Dieu parmi les hommes n'est encore qu'un commencement : il faut maintenant que le Verbe de Dieu naisse en lui, pour que se réalise ce pourquoi il est venu sur notre terre-».
Frères et soeurs,ce qui arrive là à Nazareth, ça nous regarde. Ce qui arrive là à cette femme nommée Marie, ça nous concerne.
Car l'ange de Dieu est envoyé à chacun de nous pour être le messager de la naissance de Dieu en tout homme. «Dieu engendre à tout moment son Fils en toi », s'écrie le poète Angelus Silesius. Si Noël n'est qu'un souvenir pieux, sa fête reste vaine. « C'est en toi que Dieu doit naître.
Christ serait-il né mille fois à Bethléem, et non en toi, tu restes perdu à jamais ».
« Vous aussi, heureuse mères d'un si glorieux enfant, veillez sur vous jusqu'à ce que le Christ soit formé en vous » (Guerric d'Igny)
 
Le message de ce quatrième dimanche de l'Avent c'est que chacun est appelé à recevoir en soi le germe de la vie divine, à héberger Dieu, à devenir la demeure où la Parole divine prend chair.
Chacun peut être recouvert par la nuée de la "shekinah", de la Présence divine, dans le sanctuaire de son coeur.
Demandons à Marie de nous obtenir un peu de sa simplicité et de sa disponibilité. Il suffit de dire vraiment « oui » pour que fleurisse notre désert et que soit fécondée la terre de notre coeur.,
Frères et soeurs, laissons nous faire, comme Marie, laissons nous faire par la puissance du Don, laissons venir Noël.