Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie Pentecôte

Par dom Ginepro
croix - arcabas
Homélie pour la fête de Pentecôte

La venue de l'Esprit Saint sur les disciples

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 2, 1-11)

Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint : ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit.
Or, il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs fervents, issus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d'eux les entendait parler sa propre langue. Déconcertés, émerveillés, ils disaient : « Ces hommes qui parlent ne sont-ils pas tous des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, des bords de la mer Noire, de la province d'Asie, de la Phrygie, de la Pamphylie, de l'Égypte et de la Libye proche de Cyrène, Romains résidant ici, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. »

Viens, Esprit-Saint, en nos cœurs,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres.
Viens, dispensateur des dons.
Viens, lumière en nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu'à l'intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n'est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

À tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu
donne le salut final
donne la joie éternelle. Amen.

Homélie sur le Veni Creator

Viens, Esprit Créateur, VENI CREATOR SPIRITUS ! Ce sont les premiers mots d'une hymne, peut-être la plus connue et la plus célèbre des hymnes latines de l'Eglise Catholique," qui a été composée il y a douze siècles (elle a donc fait ses preuves !). Il s'agit d'une création de Raban Maure (moine, puis abbé, puis évêque, originaire de Mayence). Pour le situer historiquement, il a été contemporain, à peu près, de Charlemagne. Cela remonte, vous le voyez, assez loin dans l'Histoire.
Viens, Esprit Créateur ! Il s'agit donc d'une hymne au Saint Esprit. Nous fêtons, aujourd'hui, la Pentecôte (50ème jour après la Pâque du Christ). C'est le don de l'Esprit à ses apôtres. Cela veut dire quoi ? *Tout d'abord, nous devons aborder cet univers divin, subtil, immatériel, avec un grand respect et une extrême attention.* Pour commencer, si nous analysons de près l'appellation : « Saint Esprit » (c'est la Bible qui l'appelle ainsi), nous constatons que cela ne définit pas grande chose. Et forcement : **cela n'est pas possible. Indiqué comme l'Amour entre Dieu le Père et le Fils (Verbe de Dieu), l'Esprit est une réalité tellement « autre », mobile, subtile, légère, que, rien que pour le nommer, il faut se contenter * de l'analogie, de l'abstraction. On peut la penser comme le contraire de la pesanteur, de l'épaisseur, de la consistance... le contraire de la lourdeur, de la finitude, de * l'identifiable, de la fixité. Le mot « esprit », souffle nous entraîne dans un autre univers. Justement* : spirituel, au risque de me répéter, de ne rien définir du tout. D'ailleurs, peut-on nommer l'innommable ? VIENS ESPRIT CREATEUR ! *Le fait qu'il s'agisse de l'Esprit, cela ne veut pas dire que son irruption dans nos existences puisse passer inaperçue : la parole de Dieu (aujourd'hui, les Actes des Apôtres) nous parle de Lui comme d'un violent coup de vent, comme une puissante rafale;** telle a été, nous l'avons lu, sa manifestation au moment de la première PENTECÔTE. Mais, bien sûr, cette puissance n'est pas là pour écraser, pour détruire. Car la caractéristique de l'Esprit Saint est d'être, nous l'avons déjà dit, CREATEUR, Esprit Créateur. Qu'est-ce que cela peut signifier ? Cela veut dire, entre autre, que l'Esprit de Dieu donne, émane, communique de l'énergie, un dynamisme, de la force qui est, à son tour, créatrice. **Parfois, nous avons même la conscience d'être habités par l'Esprit Saint... Nous constatons d'avoir, entre nous, un lien fort. C'est l'Esprit de Dieu qui est là et qui nous communique sa force créatrice.

Une analogie : nous trouvons quelque chose de semblable dans la personnalité d'un poète*** (d'ailleurs, le mot «poète» vient du grec et signifie, justement « créateur »). Le poète** est celui qui ouvre à des perspectives nouvelles, celui qui donne naissance à des oeuvres originales, qui suggère des visions géniales.
Il est **à la source** de nouvelles créations, qui génèrent, à leur tour, la vie. TOI QUI ES LE DEFENSEUR. C'est le début de la deuxième strophe de notre hymne. Défenseur, ou consolateur, ou conseiller : PARACLETOS, en grec. C'est lui qui nous soutient face à l'ennemi. Oui, nous avons besoin d'être soutenus. Jésus, en quittant ses amis, ses apôtres, leur dit **: « maintenant que je vais au Père, je ne vous laisserai pas seuls ». Et notre hymne, de rajouter : Don du Très Haut, Source vive, Feu, Amour et Onction spirituelle. Et de poursuivre : TOI LE CADEAU PAR EXCELLENCE, littéralement : sept fois don, doigt de la droite de Dieu. ** Peut-on imaginer un don meilleur ? Dieu qui se donne lui-même ! Vérité promise et donnée par le Père. Force inspiratrice de nos paroles, de nos bonnes pensées, de nos idées les plus fécondes.
Et encore : * Esprit Saint, ALLUME TOUTES NOS FACULTES LES PLUS HAUTES, remplis de ton amour nos coeurs, affermis nos corps faibles...** encore une suite d'images puissantes qui se succèdent en cascade, qui dévalent devant nous, pour nous donner un aperçu... de ce qu'on ne peut pas complètement définir.
Mais alors, ne peut-on rien dire de précis... ? II reste, pourtant, que l'Esprit Saint est à l'oeuvre en nous et nos corps en sont le Temple, affirme st Paul. L'Esprit est avec nous, il habite nos solitudes, nos silences, nous chantons, et il nous enrichit de ses dons multiples. II éclaire notre intelligence, il nourrit notre foi: *** donne-nous, Esprit Saint, de croire jusqu'au dernier souffle !
En conclusion de cette hymne, je vais vous lire un texte **de nos jours, celui-ci, sorti de la plume de Benoît Marchon : Dieu, *(l'Esprit) je ne sais pas où il est. * On m'a dit qu'il était partout mais je ne l'ai vu nulle part.
Dieu *(l'Esprit), à force de le chercher, j'ai rencontré des gens qui le cherchaient aussi. Ces gens n'ont pas su me dire où trouver Dieu *(l'Esprit). Mais ils ont eu, pour moi, une grande tendresse. Depuis, je me suis demandé : ne serait-ce pas dans cette tendresse que Dieu (l'Esprit) vit ?